mercredi 29 décembre 2010

Best Of 2010 - EPIC Win, Suggestions du Chef

Au menu de se Best Of 2010, un peu d'EPIC win, histoire de changer, mais promis, on s'attaquer de nouveau aux faibles et aux proies faciles pour de l"EPIC fail l'an prochain, donc ne soyez pas déstabilisés.

Aujourd'hui donc, toujours en cette période de Fêtes, on se dit que le programme TV nous donnerai bien envie d'aller faire du tricot sub aquatique. Mais comme il gèle à pierre fendre, et que chaque ville est coupé du Monde a cause de la neige, on pense gentiment à vous, et on vous propose une petite douceur pour passer l'après midi.

Au menu donc de ce 29 décembre, des petites vidéos bien classe en HD, des concerts HD, et encore des concerts. Bref un peu de culture, et ca fait pas de mal, après le post des boutons rouges...

En entrée donc, le bien connu et reconnu site Viméo, sorte de Youtube en vachement plus classe et en plus en HD. Viméo est un aujourd'hui un repère de Vidéos classes, hype, et funky-fraiche.
Pour vous aider à vous sortir de cette jungle d'inventivité, le staff a le bon gout de pré selectionner la crème de la crème (ou en cette saison de fête "La Hotte de la Hotte", bref de l'EPIC win a chaque page, par les Vimeo Staff Picks.



En plat, les concerts Live de bon nombre d'artistes classes et sympatoches, notamment le bien barré Katerine, ou les jeunes talents du philharmonique de Strasbourg. Pour tous les gouts sur Arte Live Web!




Pour le dessert, et sur le meme site, les Concerts de Poches, concept intelligent de mettre des bon groupes non pas dans des petites salles, mais dans des petits lieux atypiques (genre chez toi ou moi, et peut etre un jour meme qu'ils en feront chez l'epicier!).
En exemple : Vampire Weekend




Et enfin si après tout ca vous avez encore les crocs, les concerts à emporter de La Blogothèque devrait vous rassasier j'en suis sur.

Et bon appétit bien sur !


PS : Et si après tout ca vous sentez que vous allez devoir faire un régime pour 2011, voila par ou commencer !


mardi 28 décembre 2010

Best Of 2010 - L'apéritif

Parce que c'est la fin de l'année, on passe un peu d'EPIC win chez l'EPICier, et la un petit florilege de "Trucs de Ouf, mec!" version ancestrale du Buzz-Tweet-Lol-MDR, et sans petits chats.

5 minutes de pur bonheurs, entre champions connus, champions méconnus, anonymes, et autres.

Bon Kiff

lundi 27 décembre 2010

LGKL : Big Red Buttons (NSFW)

Ca y est on est lundi. Les festivités de Noel sont derriere vous, et comme vous vous trainez comme une bonne grosse larve, l'estomac encore trop plein d'avoir mangé en 2 jours ce que d'habitude vous ingurgitez en 15 (et je parie meme qu'a l'evocation de la phrase fatale "tu reprendras bien de la buche non ???" beaucoup parmi vous seront en train de mini vomir).

Alors comme j'ai envie de rester dans le bon gout et d'illuminer un morne lundi post noel, entre 2 rediffusions de Casper l'apprenti fantome, et d'asterix et obelix, en dessin animé, je vous propose 3 jeux, pour renouer avec une tradition ancestrale de ce blog : La Grande Kermesse du Lundi.
3 jeux basé sur le meme principe (un gros bouton rouge ou faut cliquer dessus)
au choix :

si vous allez au bout vous vous ennuyez ferme:
BOUTON 1

si là vous lisez tout c'est que vous n'avez pas de vie:
BOUTON 2

Alors la tu cherches la merde cher lecteur !
BOUTON 3

jeudi 23 décembre 2010

Idées Cadeaux

Vous êtes des acharnés de la tradition qui veut qu'on achète les cadeaux de Noel au plus tôt, et vous vivez donc chaque année une journée similaire à celle de Howard Langston héros du film du siècle : La Course aux Jouets.

Bande Annonce Québecoise parce que tout est mieux en québecois:


Cela dit vous n'avez peut etre pas d'idée cadeau, et vous aimez offrir LE cadeau qui fait tellement pas plaisir, mais qui oblige quand meme les gens a faire semblant ! Esprit de Noel quand tu nous tiens !
Heureusement une magnifique inititive 2.0 (encore) propose les cadeaux lol et wtf recu lors des précédentes éditions de Noel... Découvez ébahis le magnifique BAD GIFT EMPORIUM.

et parce que chez l'EPICier on vous aime bien (et qu'on a des stocks a écouler) on vous propose les cadeaux qui envoient tellement du paté que Fleury Michon passerai pour un dresseur de puces savantes:

La Rotissoire à Ail, qui envoie haut et clair un message sur l'haleine trop fraiche:


Les Ciseaux Lasers pratiques, pour découper à contre jour et meme dans le noir :

Mais avant de partir un petit message de 10MIN a perdre, Jingle All the way, Folks !

lundi 13 décembre 2010

Alain Deloin

Juste un petit coucou en passant !

Je dépose vite fait en rayon un petit site très 2.0 : Sosie de merde.fr
A quoi ca sert ? vous avez une photo de quelqu'un que paf! vous lui trouvez un air de ressemblance avec quelqu'un de très connu (ne cherchez pas un sosie à votre Tante Gilda, les gens ne comprendraient pas).
L'objectif : trouver les sosies les plus invraisemblable/ moins ressemblant du monde.

Y a d'ailleurs un certain Trevor qui ressemble à Barack Obama. Je vous jure, même que c'est lui qui le dit !
Et chez l'EPICier, on ne peut que constater, à quel point ça saute aux yeux !

Allez et juste pour le kif, 10 Minutes de Bonheur(voire de Boner) ! avec un sosie de Johnny plus en forme que le vrai, Eve Angela encore plus maline que la vraie, et grosse grosse prestation de Keanu Reeves comme a son habitude (la reaction du vrai ici)

vendredi 10 décembre 2010

Sex By Surprise

Alors que mon collègue Ad trouve l'actualité pauvre en LOL, je tiens tout de meme a me faire l'echo d'un fait d'actualité qui n'a pas du vous échapper. Non certainement pas à vous, chers habitués du rayon EPIC.

Il s'agit de l'arrestation de Julian Assange (a ne pas confondre avec Jacques Dessange svp) pour sexe par surprise. Au cas ou tout de meme, un petit rappel.

Au magasin, personne ne sait ce que ca veut dire... s'agit il d'une session de chatroulette (mais si souvenez vous !) qui a mal tournée ? Peu vraisembable, mais on a deux explications à proposer :


Explication rationelle qui pose en plus Frankie Vincent en précurseur

L'autre explication implique un certain Justin Timberlake ainsi que le groupe TheLonelyIsland, ainsi qu'un paquet cadeau, fetes oblige.



Perso je penche assez pour cela. Mais c'est peut etre l'esprit de Noel qui me joue des tours !



jeudi 9 décembre 2010

Jésus reviens, Jésus reviens parmi les tiens...

... tu devrais bien te fendre la gueule.

Chers clients, vous ne l’avez peut-être pas remarqué, mais une ère s’apprête à s’achever. En effet, alors que nous repensons au passage au niveau millénaire comme si c’était hier, nous voilà déjà arrivés à la fin des années 2000 (à défaut de pouvoir continuer sur la série, seventies, eighties, nineties...).

Cette année fut riche en LOL, en EPIC, et nous remercions les memes de la trempe d’Antoine Dodson ou de Hipster Hitler, ainsi que tous les créatifs du talent de Jon Lajoie ou des Gregory Brothers.

Néanmoins, je trouve cette fin d’année assez pauvre en ROTFLMAO. On attend le post salvateur alors que Facebook est envahi par une énième vague de photos de profil sur le thème des personnages de dessins animés ; que la Toile n’est pas plus riche en nouveautés que ce que nous le présente Nikos Aliagas dans les Guignols de l’Info ; que la source du LOL, à défaut d’être tarie, nous fait un bon gros duckface.

Je me vois donc dans deux obligations : enrichir ce blog par un article sur un sujet qui m’est familier (vous allez donc devoir subir un best-of des albums de la décennie) et faire un bêtisier des mini-LOL de cette période de fêtes, qui une fois accumulés, je l’espère, arriveront à satisfaire votre appétit de carnassier du MDR.

Je commence ainsi par ce dernier. En effet, Noël est toujours plus urgent. Surtout si vous habitez Jesusland. Là-bas, je peux vous assurer que tout est déjà prêt depuis le lendemain de Thanksgiving, jusqu’au chien déguisé en renne. Voilà donc de quoi être fin prêt pour le retour du Djeez !
Déjà, qui dit Noël dit cadeaux. Et quoi de meilleur que de voir le visage déconfit de votre bien-aimé(e) face à un cadeau naze ? Un faux cadeau naze, bien sûr. Offrez un Prank Pack (et cachez votre vrai cadeau à l’intérieur) ! Découvrez les impayables Coffee Talkies, le Dream Griddle ou le Family Blankeez !

Qui dit Noël dit vœux. Et pour ça, on remercie Eastpak (vous savez, la marque qui a réussi à tous nous refourguer les mêmes sacs à dos insignifiants), qui nous gratifie de la campagne la plus WTF de décembre : un nain, un sac à dos, un costume de Père Noël, et un message custom. Enjoy!

Qui dit Noël dit famille. Et celle qui a le plus de swag (et qui pourra donc vous servir de source d'inspiration), c’est la Sienna Family. Pour ce qui est du repas, je suis certain que vous trouverez de bonnes idées sur le classique This Is Why You’re Fat. Et pour le Père Noël, on vous recommande Régis, que vous pouvez trouver ici.
En enfin, qui dit Noël (ça commence à ressembler à un clip de Stromae cet article) dit chants. Je vous propose donc cette charmante version de Holy Night (Douce Nuit, pour ceux qui bouffent leur baguette) à chanter en famille le soir du réveillon. Au moins, tout le monde connaît les paroles.
Voilà. Avec ça, si vous ne passez pas un Noël aux petits oignons, je ne sais pas quoi faire de plus. A part peut-être vous laisser avec un vrai chant de Noël, de la part des EPICiers (et oui, j'ai fait exprès de choisir la vidéo kitsch avec des arbres sous la neige et pas celle avec des enfants pauvres qui pleurent pour dénoncer la pauvreté du tiers monde).

mardi 7 décembre 2010

Mon Beau Sapin

Vous l'avez peut etre remarqué, Hanoukah approche. Et comme tous les ans, vers Hanoukah des tas de sapins plus décorés les uns que les autres pop ups un peu partout.

Petit Florilège:






L'intégrale ici

Et les américains sont encore une fois les plus fort, à ce petit jeu là puisqu'un directeur de com vraisemblablement choutté à la résine d'Epicea ou aux plombs en forme de sucre d'orge à eu l'immense immense IM-MENSément riche idée de faire parler le sapin du Capitole : si vous n"avez pas encore compris a quoi sert Twitter comme ce monsieur au T-shirt plus qu'éloquent (et en moins de 140 caractères!)



comme ce monsieur donc, le twitter de l'arbre de Noel du Capitole ne va certainement pas vous aider à y voir plus clair, mais ca a le mérite d'etre aussi parfaitement inutile que ridicule, et ca sent le meme en Force, avec deja TracktheTreeJr, l'histoire d'un arbre ordinaire.
Forcément chez l'EPICier on ne peut que supporter cette cause et nous vous invitons donc en plus à visiter le site internet officiel de TracktheTree, mieux fait encore que le colis tracking !

samedi 27 novembre 2010

MIAM !

Ce jeudi c'était Thanksgiving aux USA.
Un moment dédié à se remplir le bide de dinde et de mashed potatoe, et de gravy, et de cranberry sauce, et de pecan pie, pumpkin pie, apple pie, et a peu près n'importe quoi qui pourrait etre comestible.
Cependant certains font ca mieux que d'autres :
C'est le cas de l'épique de EpicMealTime, coutumière des repas surcalorifiques.
Pour Thanksgiving ils ont donc décidés de réaliser un TurBacon, c'est à dire une dinde fourrée au Bacon. C'est tout ? Certainment pas ! La suite en vidéo.



En tout cas en voici qui, si ils ouvraient un restaurant feraient pas mal de concurrence au superbe Heart Attack Grill, dont le Quadruple Bypass ne fait que un peu plus de 8000 Calories...

Et parce qu'on est généreux, on leur propose quelques idées de recettes trouvées sur le très appétissant This Is Why You're Fat.

Et Bon Appétit bien sur!

mardi 23 novembre 2010

Beatles vs. Rolling Stones

Le retour de la vengeance !

Aujourd’hui, l’EPICier va traiter d’un sujet qui divise les français. Non, pas les retraites. Ni l’affaire Woerth-Bettencourt. Ni même la nouvelle coupe de cheveux de Jean-Louis Borloo. Le titre a déjà vendu la mèche : il s’agit du sempiternel débat sur qui des Beatles ou des Rolling Stones sont les meilleurs.

Tout est parti d’une discussion lors d’un petit-déjeuner à Strasbourg, entre deux bananes et trois Krisprolls. Un supplément du Point sur les Beatles traînant sur la table, Ju lança un catégorique « Les Stones, c’est mieux que les Beatles ! ». Ce à quoi Ad répondit d’un véhément « Non. ».

- « Si ! » - « Non ! » - « Si ! » - « Non ! » - « Si ! » - « Non ! » - « Si ! » - « Non ! »

Une demi-heure plus tard, le café leur rendant un peu de clairvoyance, nos deux compères eurent l’idée bien plus constructive d’organiser un « Versus » : 10 arguments pour sa paroisse, 10 arguments contre l’autre chapelle, 10 titres pour convaincre vos oreilles. De quoi nourrir un débat houleux mais intemporel, nécessaire mais vain, car qui saurait départager objectivement ces deux légendes de l’histoire du rock ?

Ju / The Rolling Stones

Arguments pour les Rolling Stones :

1) Si, des deux groupes, on ne devait en retenir qu’une, parmi Yesterday, Paint It Black, Let It Be, Angie, Revolution, Satisfaction… et j’en passe, je ne retiendrai que Gimme Shelter. Vous n’en êtes pas sûr ? Un petit tour sur Deezer s’impose…

2) Yesterday est une superbe ballade. Let It Be est une chanson formidable. Hey Jude nous prouve également que les quatre garçons dans le vent savaient manier la mélodie et les arrangements. Mais voilà : les Stones aussi, et non sans brio. Dans 50 ans, au milieu d’une œuvre teintée d’énergie et de guitares électriques, on écoutera avec plaisir As Tears Go By, Play With Fire, Ruby Tuesday et autre Following The River.

3) C’est vrai, les chœurs sur Sympathy For The Devil sont un peu old school, encore que… Les Stones ont bien vieilli, hormis sur quelques titres, et leur œuvre sera pérenne, dans la plupart des cas, grâce à un son très peu retouché.

4) Peu ou pas de recherche de l’arrangement parfait chez les Stones, qui ont beaucoup expérimenté les instruments (Jones notamment) mais non les méthodes, et aussi moins subi l’influence de leur manager (le fameux « 5ème Beatles »). Le résultat en fut des prestations live de grande qualité, et un son brut et intact, jusque dans les années 2000.

5) Les Stones ont toujours gardé une image cohérente, assumant leur vie sulfureuse, les drogues, les conquêtes amoureuses… Ils ne l’ont jamais renié – certaines de leurs chansons en parlent – mais ont su rester concentrés sur leur musique, et rien que leur musique, a contrario des Beatles.

6) Jagger est un leader, depuis plus de cinquante ans une bête de scène infatigable et charismatique. Véritable icône rock, il s’appuie autant sur son énergie que sur sa voix, moins lyrique que celle des liverpuldians sans doute, mais bien plus expressive – Sympathy For The Devil, 19th Nervous Breakdown ou surtout Get Off Of My Cloud.

7) Mort du membre du groupe Brian Jones, démêlées judiciaires, problèmes d’argent… Les Stones ont résisté à toutes les tempêtes. A titre d’exemple, durant l’année 1969, Keith Richards incite ses acolytes (tous sont ruinés) à louer une villa cossue à Villefranche, dans le Sud de la France. Le groupe accouchera là-bas d’Exile On Main Street. Peu connu, véritable retour aux sources, mais pas que, l’opus est un joyeux assemblage de blues et de rock mêlé de cuivres et de chœurs gospel.

8) Le rock vient du blues, et puise également ses racines dans la country et le jazz. La base de l’œuvre des Stones est imprégnée par la musique noire, mais rendue rock’n’roll par l’addition de tous les talents des musiciens : les jeux de guitare de Richards et Taylor – qui se détachent des gimmicks linéaires d’antan -, les lignes de basses syncopées de Wyman, le groove de Charlie Watts à la batterie.

9) Vous avez dit rock à l’ancienne ? Cette manière qu’on eu les Stones d’actualiser le rock, c’est à dire d’assurer la transition entre le blues et le rock (Tumbling Dice, Sweet Virginia), entre la soul, le jazz, le funk et le rock (Live With Me), entre la country et le rock (Country Honk) trouve son paroxysme dans l’album Let It Bleed, à mon sens le meilleur du groupe.

10) Les Stones ont osé aller à contre-courant du mouvement hippie, pari très risqué en 68, lorsque sort l’album Beggars Banquet : Street Fighting Man est politiquement provocatrice et Sympathy for The Devil fait scandale à l’époque. Anticonformiste, l’opus contribua aux débuts de la construction de la légende rock des Rolling Stones…

Arguments contre les Beatles :

1) On a érigé l’œuvre des Beatles au rang de bastion musical imprenable, inimitable. D’accord, mais contre-exemple : Dandelion, des Stones, est aussi bonne que la plupart des tubes caractérisés par un groove et un style soi-disant particuliers des Beatles (à écouter dans la playlist).

2) Merde, quoi, je prends un condensé des œuvres des deux groupes (Beatles One vs. Hot Rocks), il y en a clairement un qui m’ennuie. Sans chercher « L’ » adjectif destructeur à tout prix, je subis 27 pistes certes peut-être révolutionnaires, mais aussi répétitives et parfois carrément mièvres. Certes, condensé veut aussi dire sélection.

3) Ob-La-Di, Ob-La-Da ne constitue pas les paroles d’un tube, guys. Certains des tubes des Beatles, justifiés par une recherche plutôt axée sur la mélodie que sur l’écriture, souffrent de ce laxisme. Pas tous, bien sûr, mais le langoureux ou le niaiseux ont depuis eux toujours fait vendre. Dans la pop moderne (c’est acide, j’en conviens) on cherche une mélodie travaillée, et tant pis, à la limite, si les paroles sont mielleuses…

4) Osons le dire, les live des Stones envoyaient plus de pâté que les live des Beatles. Shine A Light, de Scorcese, aide à s’en persuader. Les Beatles avaient de toute manière levé le pied en termes de prestations à partir de 1966, le public ne les écoutant quasi plus lors des concerts.

5) Les Beatles sont définitivement pop, mais pas ROCK. Bien que j’aime la pop, selon moi leurs compositions rock sont beaucoup moins convaincantes que celles des Stones. Helter Skelter est une réponse à une chanson des Who, et non le fruit d’une volonté propre d’expérimenter un nouveau style musical. Peut-être certaines compositions auraient ouvert la voie (Revolution) au rock, au vrai, mais Ringo, je crois, a rendu stéréotypées ces tentatives…

6) Ringo Starr, sans vouloir lui faire offense, n’était pas un « membre » au sens où l’on peut l’entendre. Peut-être a-t-il influencé le jeu de batterie de certains et posé les bases des rythmes rocks actuels, mais, comme il le reconnut lui-même à plusieurs reprises, cela ne fut pas de son fait : Ringo a, la plupart du temps, suivi les indications des trois autres membres, et jouait ce que ces derniers lui demandaient de jouer.

7) Les Fab Fours sont toujours apparus comme soudés, à l’inverse des Rolling Stones pour certains… Pourtant, l’anecdote sur le micro suspendu au dessus du lit de la muse de Lennon, Yoko Ono, dans le studio d’enregistrement du groupe, permettant à cette dernière de commenter les créations de John, montre toute l’emprise destructrice que l’artiste avant-gardiste japonaise installa en l’espace de quelques semaines sur les Beatles. Ce fut le début de la fin pour le groupe.

8) L’histoire des Beatles s’est plus bâti, à la fin des 60’s, sur un look, un discours, un engagement spirituel (notamment avec le Maharishi, expérience qui, si l’on en croit les quatre garçons eux-mêmes, fut un fiasco)… Leur influence est tout autant venue de l’environnement qu’ils ont su créer autour d’eux que de leur musique, Flower Power et mouvement hippie à l’appui.

9) Argument purement subjectif, je l’accorde, l’utilisation à outrance des chœurs chez les Fab Fours (Love Me Do, She Loves You, I Want To Hold Your Hand...) est à la longue énervante. Il est bon de se rappeler l’époque des Platters, mais autant les Stones ont utilisé avec parcimonie les chorus pour étoffer certains titres, autant les Beatles en ont trop souvent abusé, marque de fabrique ou pas.

10) Par esprit de contradiction, c’est vrai, je le reconnais, je me devais de défendre les Stones. Moins connus, moins adulés (tout est relatif), pas un sondage ne verra les Stones être préférés aux Beatles. Leur musique me transporte pourtant bien tout autant que celle des Beatles.

Playlist :

1) Gimme Shelter
Pour moi la meilleure chanson des Stones. Vietnam et apocalypse, évoqués sur un arrangement parfait, Keith Richards aux commandes. La choriste est Merry Clayton.

2)
As Tears Go By
Une fois Brian Jones parti, les compos des Stones sont majoritairement initiées par le duo Richards/Jagger, même quand il s’agit de composer des ballades, comme dans As Tears Go By.

3) Paint It Black
La protest song par excellence. En version live, courte, sur ces images. Brian Jones, encore présent, est au sitar.

4) Dandelion
Et si les Stones avaient voulu faire du Beatles… ils auraient sans doute réussi, Dandelion en est la preuve.

5) Get Off Of My Cloud
Ou la prise de drogue assumée par les Stones à travers cette version live, énergique à souhait.

6) Play With Fire
C’est court, c’est simple, mais ça n’a pas vieilli. Une pure ballade.

7) You Can’t Always Get What You Want
A écouter en version longue, pour le mélange gospel/folk/rock.

8) Country Honk
Ca a l’air fait à l’arrache, un côté jam dans un champ volontairement recherché…ou la country remise au gout du jour (cette manière traînante de chanter le mot « Jackson », Johnny Cash l’avait fait auparavant avec June Carter)

9) She’s A Rainbow
Témoignage des expérimentations instrumentales de Brian Jones, la chanson paraît sur Their Satanic Majesties Request en 1967.

10) Tumbling Dice
Blues, représentative de l’œuvre des Stones, et définitivement rock. Ca date de 1969, ça ?

Ad / The Beatles

Arguments pour les Beatles :

1) Le line-up des Beatles est resté inchangé du premier au dernier album, apportant une cohérence unique à leurs morceaux. On peut y ajouter la présence du génial George Martin, producteur et arrangeur.

2) Les Beatles utilisèrent un nombre incroyable d’instruments différents, souvent encore jamais utilisés sur des enregistrements pop (clavecins, orgues, harmoniums, synthétiseurs, mellotrons, glockenspiels, tambouras, sitars, swarmandels, etc.).

3) Les Beatles et leur équipe ont inventé des dizaines de nouvelles techniques d’enregistrement et d’effets audio (reverse, insertion d’enregistrements audio, feedback, sampling, collage aléatoire de bandes, accélérations, fade-in, etc.).

4) Les Beatles ne se sont pas restreints à la pop. Ils ont exploré, transcendé et créé de nombreux styles musicaux : folk, country, rock psychédélique, pop baroque, musique traditionnelle indienne, musique concrète, art rock, métal, etc.

5) En moins de sept ans, les Beatles sont passés d’auteurs adolescents à de véritables poètes au vocabulaire riche et aux thèmes variés, faisant appel au psychédélisme et alignant les figures de style et les phrases devenues cultes.

6) Les Beatles sont le seul groupe de l’époque au sein duquel tous les membres sont à la fois chanteurs (parfois même tous en même temps), auteurs, compositeurs, et multi-instrumentistes : écrire ses chansons était l’exception, ils en ont fait la règle.

7) En plus de leur musique, les Beatles se sont entourés d’un univers artistique unique et plurimédia : confection de tenues originales, conception d’artworks révolutionnaires, réalisation de films, etc.

8) Génies du marketing, les Beatles créeront leur propre label, innoveront sur les formats et le packaging, adaptant leurs tracklists au marché américain et établiront des records de ventes et de classements, dont certains sont toujours inégalés.

9) Sans les Beatles, pas de British Invasion. Autrement dit : sans leur succès aux Etats-Unis, les groupes anglais n’auraient jamais conquis le monde dans les sixties. Parmi eux, citons les Who, les Yardbirds, les Kinks, et… les Rolling Stones.

10) Le mot « Beatlesque » est entré le dictionnaire anglais et un nombre incalculable d’artistes revendiquent leur influence : Joe Cocker, David Bowie, Nirvana, Jimi Hendrix, Michael Jackson, Oasis, The Who, Pink Floyd, Coldplay, Elvis Costello…

Arguments contre les Rolling Stones :

1) Il faudra quatre albums aux Rolling Stones pour arrêter les reprises sans saveur et créer un nombre conséquent de compositions, ce qui rend leur son difficile à distinguer des autres bluesmen de la génération précédente sur toute cette période.

2) Les Stones sont d’éternels suiveurs : le groupe se forme après les Beatles, reprend un de leurs titres, ils réalisent un film et remplissent un stade après eux, et engagent même leur ancien attaché de presse comme manager, Andrew Oldham…

3) Brian Jones, seul génie des Stones, fut viré alors qu’il les faisait passer de moines copistes R&B à gourous du rock. Ajoutons encore un changement de guitariste, plus le décès d’Ian Stewart en 1985, et le départ de Bill Wyman en 1992.

4) Alors que les Beatles testent les joints et le LSD dans un but créatif, la consommation d’héroïne et d’amphétamines des Stones entrainera arrestations, interdiction de jouer dans plusieurs pays, et les départs de Jones, Taylor et Oldham.

5) Les Rolling Stones engagèrent le gang des Hells Angels pour $500 de bière afin d’assurer la sécurité au festival d’Altamont : ils tuèrent Meredith Hunter, 18 ans, lui-même armé et complètement défoncé aux amphétamines. Dur retour à la réalité…

6) Dès 1970, les Rolling Stones passent pour des milliardaires vieillissants et décadents face au punk. Ils commettront l’irréparable en se pliant aux tendances, raison pour laquelle ils créeront si peu de titres légendaires après 1972.

7) D’ailleurs, ils s’exileront fiscalement dès 1971 sur la Côte d’Azur. Ils s’installent dans une immense villa avec leur entourage, consommant des kilos d’héroïne, en chantant le sexe, les drogues et le jeu, ainsi que la rue sans plus y mettre les pieds.

8) Seuls, les Stones ne valent rien. Poussés à sortir des albums solos lors des périodes de vaches maigres, ils ne convaincront pas, tandis que chaque Beatles sortira un ou plusieurs chefs d’œuvre : Imagine, All Things Must Pass, McCartney…

9) Alors que les Beatles n’ont travaillé qu’avec les meilleurs, ensemble ou séparément (Eric Clapton, Michael Jackson, Mark Knopfler…), les Stones ont plusieurs featurings douteux à leur actif : Angelina Jolie, Christina Aguilera…

10) Ironiquement, le magazine Rolling Stone a classé les Rolling Stones quatrièmes du classement des 100 plus grands artistes de tous les temps de 2004, derrière Elvis Presley (3ème), Bob Dylan (2ème), et… les Beatles, éternels premiers !

Playlist chronologique :

1) I Saw Her Standing There (Please Please Me – 1963)
Le premier morceau du premier album, déjà inimitable.

2) A Hard Day’s Night (A Hard Day’s Night – 1964)
La quintessence du son Fab Four.

3) Yesterday (Help! – 1965)
La ballade ultime.

4) In My Life (Rubber Soul – 1965)
La transition vers la révolution musicale.

5) Tomorrow Never Knows (Revolver – 1966)
Un sommet d’expérimentation.

6) A Day In The Life (Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band – 1967)
Le chef d’œuvre.

7) Penny Lane (Magical Mystery Tour – 1967)
La fresque pop.

8) Helter Skelter (The Beatles – 1968)
L’invention du métal.

9) Golden Slumbers/Carry That Weight/The End (Abbey Road – 1969)
Le dernier coup de génie.

10) Get Back (Let It Be – 1970)
Le dernier morceau du dernier album.



Voilà, c'est désormais à vous de vous faire votre propre opinion. Sachez que la semaine prochaine, pour continuer sur cette lancée, Mieuth et Djeez essaieront de défendre leurs groupes préférés respectifs : Tokio Hotel vs. Kyo. On les en remercie chaleureusement.

dimanche 21 novembre 2010

Where amazing happens ?

Attention. Ceci est article 100% sans accent. Lisez le a vos risques et perils.

Comme tous les autres grands medias, l'EPICier fait aujourd'hui sa Une sur le divorce de Tony Parker et Eva Longoria.
Et on a decide d'un commun accord unanime a un (puisque les autres membres ont l'air decedes...) de se ranger du cote d'Eva. Pourquoi me direz vous ? Parce que franchement, les steaks grands comme la croatie nous on est pas pour!

Enfin... heureusement que le fait d'etre basketeur et rappeur n'est pas forcement discriminant... quoique...
Pour citer le poete : "y en a qu'on essaye... ils ont eu des problemes."

La preuve en video :

Tout d'abord, le Maitre du genre, le touche a tout (et vu l'envergure qu'il a il pourrait effectivement toucher a tout en meme temps) j'ai nomme Shaquille O'Neal (bientot un article exclusivement dedie a Shaq)



Son partenaire et eternel n'est pas en reste, j'ai nomme Kobe aka "K.O.B.E" aka "Black Mamba" Bryant



Le neo stambouillote (ca veut dire qu'il vient d'arriver dans l'equipe d'Istambul) : Allen Iverson



dans la lignee des joueurs des lakers : Ron Artest



le tres Gangsta Chris Webber



et enfin notre gloire nationale futur peut etre ex mari d'eva Longoria, aux paroles aussi engagee que du M.Pokora : Tony P






NBA : where amazing happens.... and definitely where it should stay!

jeudi 11 novembre 2010

US Midterm Quotapalooza

Et voilà, l'EPICier réouvre un jour férié ! C'est pas beau ça ??

Sauf si vous êtes Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier, vous avez du vous rendre compte que il y a quelques jours il y a eu ce qu'on appelle les Midterms Elections, que le parti du président Obama, les démocrates, ont perdu face aux Républicains, fait inimaginable il y a de ca 2 ans lors de l'éléction présidentielle.

Encore plus lorsque l'on considère ce que nos amis du parti Républicain, et du Party du Tea Party (pas Tea baggers comme prévu initialement) sans oublier le fameux Glenn Beck et ses tableaux d'explications, disent aux quotidien outre Atlantique :

Glenn Beck's conspiracy
Right wing Quotes
Les Pancartes de Manifestation du Tea Party


Sans oublier l'égérie des Républicains et aujourd'hui du Tea Party, qui travaille aussi sur Fox News (comme Glenn Beck) j'ai nommé : Sarah Palinn

En parlant de Sarah Palinn j'espere que vous n'êtes pas passé à coté de la version Porno élégamment appellé "Who's Nailin' Paylin?"sortie il y a 2 ans, à l'époque de son émergence sur la scène politique internationale. Toute ressemblance avec des personnages existants ou ayant existés....




Vous y avez cru bande de petits coquins !
Ici c'est SFW rappellez vous, surtout parce que nos mamans nous lisent.

A défaut de nous rassurer sur l'avenir de leur pays, et du monde, ça nous fait au moins bien marrer.

jeudi 28 octobre 2010

Wok'n'Rolls !

Envoyez le paté !
Depuis le temps que nous égayons vos heures perdues, vous commencez à nous connaître. Vous savez que chez l'EPICier, on aime la musique. On pourrait même dire que l'EPICier, c'est du rock (n'oubliez d'ailleurs pas l'arrivée imminente d'un très gros article consacré aux deux meilleurs groupes de l'Histoire du rock).
Et au même titre que le blues, où tu te mets dans un champ et tu cries (ou que le folk, tu te mets dans un champ en fleurs et tu cries ; ou que la techno, tu te mets dans un champ et tu ramènes des punks à chiens qui crient), pour faire de la bonne cuisine, tu te mets dans une cuisine (duh!) et tu cuisines (re-duh!). Sauf qu'on ne peut pas cuisiner n'importe comment. Pour bien cuisiner, il faut se mettre dans l'ambiance. Prenez K-Maro par exemple : ses potes arrivent, la sono est branchée, le barbecue est prêt.
Chez l'EPICier, en cette saison de pumpkin pie, l'envie d'aller rôtir de la barbaque (et non pas rôtir des Ogres de Barback) nous est venue, et nous avons d'abord un peu whatthefucké en tombant sur ce featuring improbable entre Abdel Alaoui (le chef de l'Edition Spéciale de Canal+) et l'Interbev (l'association nationale interprofessionnelle du bétail et des viandes) mais en fait, cuisiner sur des podcasts avec du bon son, c'est sympa. Je dirais même : c'est du wok ! Check for yourself.

samedi 23 octobre 2010

Put your Hands Up!

Tous les grands médias en parlent, le sujet déchaine les passions.

Il est vrai que l'enjeu est de taille, et que la mobilisation autour de ce projet révèle à quel point celui ci dérange. On a clairement le sentiment de marcher sur des œufs en parlant de ce sujet, mais comme chez l'EPICier on est des petits fous, on ose :

Ce vendredi 22 Octobre a eu lieu la première "Journées de prévention des accidents de la main" qu'on appellera désormais J-PAM pour faire djeuns.

Et qui a-t-il de drole au sujet de la J-PAM ? pas grand chose.
Mais peut être qu'en s'adressant à un certain Jon Lajoie pour leur communication ils aurait pu faire quelque chose de bien plus Funky Fresh !

mardi 19 octobre 2010

Contagious Balls

Histoire de contredire Ad, ce qui comme vous pouvez le constater, occupe une partie considérable de mon temps, je vous propose une aujourd'hui un import Américain, en guise d'interlude.

Vous avez surement au moins entendu parler du Beer Pong, jeu fort populaire outre Atlantique, qui consiste à lancer une baballe dans un gobelet, et si on réussi l'équipe d'en face boit. Dit comme ca c'est vrai que ca à l'air aussi simple que de prononcer inflation sans faire de référence sexuelle, mais ça devient tout de suite plus impressionnant quand un certain Mark Berry s'en mêle.



En tout cas, on remercie une fois de plus Stephen Colbert de nous mettre en garde contre les dangers potentiels de ce jeu si populaire, et tout particulièrement Brian Kilmeade qui non content d'être le champion du WTFox matinal, a aussi des bactéries "on his balls"...

The Colbert ReportMon - Thurs 11:30pm / 10:30c
Beer Pong Herpes Outbreak
www.colbertnation.com
Colbert Report Full Episodes2010 ElectionMarch to Keep Fear Alive


Il est de donc très très important de bien nettoyer ses balls!

Vers le chili et au-delà !

NASA Discount !

Bonjour ! Ça faisait longtemps que nous n'avions pas eu l'occasion de vous divertir chez l'EPICier. Il se trouve que nous travaillons sur des sujets plus sérieux ces temps-ci, engageant des temps de rédaction plus longs, et vous pouvez d'ores et déjà vous attendre à la sortie prochaine d'un long article musical.

Aujourd'hui, pour vous faire patienter, je vous propose un peu de rêve dans ce monde de rut. J'ai décidé de vous parler d'un projet tip-top onirique, celui d'un père et de son fils, qui ont décidé de lancer leur propre capsule d'exploration spatiale.
The Brooklyn Space Program. Autant dire que la NASA n'a qu'à bien se tenir.
L'idée : envoyer un appareil photo HD dans l'espace, puis le faire revenir sur Terre afin de voir les images. Autrement dit, un père qui réalise le rêve de son fils (et certainement un peu le sien aussi). Alors, comment faire pour réaliser votre propre capsule ?
Vous aurez besoin d'un ballon-sonde, d'un petit container genre chili à emporter, d'un appareil photo HD, d'un iPhone (pour envoyer les coordonnées GPS du container une fois retombé au sol afin de le retrouver). Ajoutez à cela de quoi renforcer le container et garder son contenu au chaud (la procédure est la même si demain vous souhaitiez envoyer du chili dans l'espace avant de le manger), et le tour est joué !

Ça peut paraître un peu fou comme ça, mais c'est ça qui est beau : ça a marché ! Ils ont même eu droit à leur
minute de gloire dans les médias ! Poussant le professionnalisme jusqu'au bout, ils ont même respecté les règles de la très stricte FAA (Federal Aviation Administration) en matière d'objets volants artisanaux. Voilà le résultat, j'espère qu'il vous plaira.

Je tiens à préciser qu'il ne s'agit pas de la première expérience de la sorte, et que j'ai choisi celle-là parce que je trouve ça méga-cool qu'un père fasse ça pour son fils. L'un des pionniers de l'exploration spatiale maison est Colin Rich et ses Pacific Stars, dont voilà la vidéo, et qui mérite autant d'honneurs que celle de nos amis new-yorkais. Enjoy.

jeudi 7 octobre 2010

Si John Williams s'était lâché...

Star Wars Rocks !

Maître John Williams pourrait être élevé à l’ordre des Jedi par Hollywood, pour son maniement de la baguette-de-chef-d’orchestre-laser. Excusez du peu : 5 Oscars remportés, et 36 nominations, plus 9 pour des chansons de films. As de la bande-originale, ayant collaboré notamment avec Spielberg et Lucas - Les Dents de la Mer, E.T., Jurassic Park, mais surtout Star Wars -, Williams est LA référence en matière de musique de film. Allez, avec Ennio Morricone et le (un peu moins célèbre mais non moins talentueux) compositeur Danny Elfman.

Rendons hommage, au passage, au dur métier de compositeur de musiques de films. A la merci des réalisateurs, beaucoup sont bridés, ne pouvant sortir du strict cadre imposé par des cinéastes tyranniques (ok, j’en fais beaucoup, mais c’est pour amener mon sujet). Ainsi, cet épisode, peu connu, de la vie de John Williams, nous fut relaté par un confrère du New York Times, qui ne le dévoila jamais au grand public. Les archives sont d’époques.

John, devant ses partitions, ce matin, se dit que la musique classique, c’est cool, mais que les Clash, c’est bien aussi. Et Bob, Bob Dylan, ce bon vieux Bobby, quel mélomane ! John a ressorti quelques vieux trente-trois tours et un harmonica de ses placards. Et il a des envies de changement…

Ni une, ni deux, coup de fil à Georges Lucas. Nous sommes en mai 1983, et John travaille sur la BO de Star Wars IV : Le Retour du Jedi.

- Georgie, j’ai quelques idées pour notre nouveau film, tu sais, la suite de ces deux petits blockbusters sympas qui ont bien marché au box-office.
- Star Wars ?
- Oui, c’est ça, Star Wars. Dis donc, mec, tu sais, on est en pleine révolution rock. Les Beatles et les Stones cartonnent dans les charts, The Police est number one avec « Every Breath You Take », Bob Dylan va sortir un album avant la fin de l’année…
- Où veux-tu en venir, Johny ?
- Ben voilà, je t’ai faxé deux trois idées de scènes : tu me diras ce que tu en penses. Je me suis dit que la musique pouvait prendre une place un peu plus importante dans Star Wars…tu vois, mec, avec un peu de rock, ce film, il déchirerait !
- Heu…as-tu bu, John ?

La suite de la conversation ne présente pas d’intérêt particulier. Mais voici les propositions que fit à l’époque John Williams à Georges Lucas, accompagné de ses commentaires :




« - Au moment où Han Solo descend dans la cuve pour être cryogénisé, Dark Vador lui joue le bon gros riff de London Calling, avec sa Fender Telecaster qu’il aura achetée auparavant sur Tatooine à un revendeur Jawa. »


« - Finalement, Luke, Leïa, Han et Chewbacca n’en veulent pas trop à Dark et décident de monter un band pour un bœuf improvisé. Le public de Naboo est en délire ! »

De ces propositions, une seule scène sera finalement tournée, mais sera coupée au montage :


« - Le côté obscur et blues de Dark nous est révélé dans cette scène finale : grand amateur de Canned Heat, Vador a composé cette chanson pour Luke. Ce dernier est vraiment bouleversé »

vendredi 17 septembre 2010

"Hot drinks really get you gooooing !"

"And have a nice daaaaaay !"

Si comme nous, votre religion est celle du cheeseburger sacré, alors vous connaissez Wendy's.

Pour ceux qui débarquent, petit cours de rattrapage : Wendy's est une chaîne de fast-foods américaine créée en 1969. Présent dans de nombreux pays d'Amérique du Nord et du Sud ainsi qu'en Asie, "le fast-food meilleur qu'un fast-food" est connu pour son logo Fifi Brindacier (cf. ci-dessus) et pour ses hamburgers scandaleux, comme le 3/4 lb. Triple With Cheese ou le Triple Baconator (cf. ci-dessous).



Là où cela devient intéressant pour le LOL, c'est que Wendy's a connu les eighties. Et à cette époque, des managers ont eu la bonne idée de se dire "Tiens, pour la formation, si on faisait des vidéos au lieu de passer des diapos ?". Enfin, celui qui a eu la meilleure idée, c'est celui qui a surenchéri en disant "Et si on montrait des employés qui préparent nos produits en chantant des trucs dignes de la médiocrité musicale de notre époque ?". Du coup, chaque type de produit a droit à son petit clip, et je m'empresse de vous les présenter.
On commence par le plus WTF : le glam-rap des boissons fraîches.


On enchaîne avec la soul du chili (Oooouuuuh du chili !!!), du lait et des cookies :

Puis vient la magic dance des boissons chaudes (qui n'est pas sans rappeler le Smooth Criminal de Michael Jackson) :

Et pour finir, la technique pour avoir de vrais "Grill Skills", en deux parties ! Epargnez-vous le discours relou de feu Dave Thomas (le fondateur, disparu en 2002) et allez directement aux deux raps de fou de DJ Raclette-à-Steaks puis au hard rock du Wendy's Crew. C'est du lourd.

Et juste avant de vous envoyer le bouzin, sachez que Dave Thomas a reçu à titre posthume la "Presidential Medal of Freedom" en 2003, qui récompense "les individus qui ont fait preuve d'une contribution méritoire envers la sécurité ou les intérêts nationaux des Etats-Unis, la paix dans le monde, des efforts culturels ou d'autres types, publics comme privés". Et pas pour ses réalisations philanthropiques mais bien pour ses Triple Stacks. Il fallait bien un président comme W pour en arriver là.


jeudi 16 septembre 2010

Nom de ZEUS !

Good'Day mates ! 

Ce fut long mais voici enfin ma rentrée avec un petit bijou de site en direct du Paradis des Surfers. Pop pop, l'article entre 2 cours.

Aujourd'hui dans les rayons, un brin de nostalgie. Bien que nos comparses Marylin et John semblent penser le contraire : qu'il est bon de parfois ressasser les souvenirs du passé.

Vous souvenez vous de Youtube ? Difficile de faire autrement.
Et bien, les vidéos nous offrent de nouvelles possibilités ! Quelles sont-elles ?

Réponse : "Quitte à voyager à travers [un site web], autant en choisir [un] qui ait de la gueule !"

Il est donc possible de voyager dans le temps grâce aux vidéos. Par tous les pépins de la pomme de Newton, 2,21 gigowatts et 88 miles/h et c'est parti !

L'idée ? Elle nous vient de Justin Johnson. Après avoir passé une nuit à regarder des vidéos du passé sur YouTube, il a décidé de créer un site et d'y compiler plus de 4000 vidéos. Et le YTTM (YouTube Time Machine) fut, est et sera !

Choisissez l'année (de1948 à 2010), la catégorie de vidéo (films, actualité, musique, sport, jeux vidéos, pubs) et visionnez les vidéos en cliquant sur "Watch next video".

Allez, en cadeau, un petite vidéo de Steve en 1998 :



Amis sensibles, ne pleurez pas, TOUT ÇA C'EST DU PASSÉ ! 

mercredi 15 septembre 2010

Ce n'est pas arrivé près de chez vous

Je ne sais pas si vous êtes au courant mais ces derniers jours furent remplis de non-événements.

Et comme de coutume chez l'epicier on n'hésite pas à étaler la confiture qu'est notre savoir sur vos tartines d'ignorance (Victor Hugo sors de ce corps).
Alors un non événement qu'est ce que c'est ? C'est quelque chose dont on attend que ca se produise mais qui fini par ne pas se passer : un chat qui ne retombe pas sur ses pattes (buzz lol feed flex mdr *555), le PSG qui ne perd pas, etc.-

A ce titre le non événement n'est bien sur pas le contraire de l'événement, puisque son non déroulement en fait un événement à part entière... et vice versa... surement.

Bon en tout cas, si jusque là c'est presque aussi confus que le scénario de Plus Belle la Vie, les exemples devraient vous permettre de comprendre :

- Alertes à la bombe à Paris, avec pas de bombes. non explosion = non événement.

- Le pasteur qui voulait faire bruler les Corans, ne l'a finalement pas fait, quoiqu'on est pas vraiment sur de ce qu'il voulait, et je n'ai jamais vraiment fait confiance aux gens dont on ne voit que la moustache (sauf Tom Selleck).

Cependant un autre non événement a été très (trop?) peu rapporté par les médias, et pourtant, il a vu émerger un héros des temps moderne, comme on en fait presque plus, un homme, un vrai ! Il s'agit de JACOB ISOM !
Ca ne vous dit rien ? et pourtant cet homme, skateur à queue de rat et lunettes Derrick de son état a empeché un homme de bruler un Coran en public!

Comment à t-il fait me direz vous ?

La réponse est là :



"Dude You have no Qu'ran!" Affaire à Suivre !

"Hé Bobby, c'est pas ton marteau qu'on voit en bas ?"

"Tiiiiiiin !!!"

Quand j'étais enfant, je me suis souvent posé une question que vous vous êtes sûrement déjà posée si vous êtes débile comme moi.
J'ai toujours été fasciné par les petites ampoules rouges au sommet des antennes et des tours. Comme à votre droite, par exemple. La question est la suivante : on fait quoi quand les ampoules grillent ? A question débile, réponse débile : bah on envoie quelqu'un les changer...
Hé oui, parce qu'une ampoule qui claque en haut d'un mat de 500 mètres, bah ça se passe comme chez vous. De temps en temps, vous passez le pas de votre porte, vous appuyez sur l'interrupteur, et SCHLACK, le courant explose l'ampoule et votre rythme cardiaque (quel charmant zeugme...). Chez vous, vous prenez votre boîte à outils et c'est parti. Sur une tour de 500 mètres, euuuuh, bah c'est pareil en fait : vous prenez votre boîte à outils et c'est parti !

En tout cas, les gars qui entretiennent la tour Sutro de San Francisco (celle de la photo), ils ont des balls of steel. Parce que je l'avoue, cette vidéo m'est insoutenable. Surtout après la pleine boîte de tripes à la mode de Caen que je viens de m'enfiler...



Mein hipster kampf

T'as le look, anti-coco !

Chez l'EPICier, on aime bien les parodies de Hitler.




Chez l'EPICier, on aime bien les hipsters.





De Hitler à hipster, il n'y avait qu'un pas, et c'est ce site qui le franchit !


mardi 14 septembre 2010

Tatoo compris !

Dans la série "les gens sont merveilleux"...
Plantons le décor.
Vous êtes étudiant en Erasmus. Les vacances arrivent et vous avez décidé de partir en road trip vers une côte - si possible sablonneuse - afin de "hook up with some hoes" et "get totally wasted". Pour citer un ami : "vous êtes un mec trop frais".
Quand par une nuit de débauche, vos camarades ont l'idée brillante de vouloir sceller votre amitié en se faisant tous tatouer le même dessin sur le biceps. Aaaah, c'est beau le peer-pressure...
Une fois revenu à la sobriété, la réalité est bien moins reluisante : en plus de photos délictueuses (qui finiront sur Facebook) et d'une gonorrhée, vous avez ramené de votre Spring Break un immonde tatouage, tout ça pour faire plaisir à trois clochards qui sont devenus vos meilleurs potes le temps d'une cuite à la tequila où vous aviez trois grammes dans chaque bras.
Et puis tant qu'à faire, vous vous êtes fait tatouer un motif tribal. Le fameux tramp stamp. Ou non, encore mieux dans le mauvais goût, des caractères chinois ! Oh oui ! Excellent choix !
Et là, un doute profond vous envahit : ces quelques entrelacs désormais gravés dans votre chair ont-ils une signification ? C'est vrai, après tout, vous étiez bourré comme un coing, alors déjà que votre anglais vous permet à peine de choper, il serait plus qu'étonnant que soyez devenu bilingue français-chinois sous l'effet de l'alcool... Qu'est-ce qui est écrit sur votre bras ? Et surtout, qu'est-ce qui vous garantit que Dylan le gentil tatoueur ne vous a pas tatoué les caractères inscrits sur sa boîte de chop-suey à emporter pour se venger de la flaque de vomi que vous avez laissé dans la salle d'attente ? Peut-être qu'il y a écrit "Aux délices du Sichuan" sur votre bras...
Hé bien pour vous aider, il y a Tian, qui se décrit lui-même comme étant "more wow than shamwow". Vous lui envoyez une photo de votre tatouage, en prenant soin de préciser que c'est "celui d'un ami..." ainsi que la signification supposée de l'ouvrage. Inutile de rajouter que le LOL est souvent rendez-vous... Le lien c'est ce truc orange que vous êtes en train de lire.
La prochaine fois, vous vous paierez un dauphin sur l'épaule. Ou un peu de dignité. Au choix.

lundi 13 septembre 2010

N'oubliez pas les casseroles !

Rond comme un ballon et plus jaune qu'un citron...


Vous avez sûrement déjà entendu parler du concept des 15 minutes de gloire d'Andy Warhol. "A l'avenir, tout le monde sera connu dans le monde entier pour 15 minutes". Vous le savez peut-être moins, celui-ci, pour emmerder les journalistes, changeait parfois son propos en "Dans 15 minutes, tout le monde sera connu" ou encore "A l'avenir, 15 personnes seront connues".

Et ce billet repose sur un constat : il avait à la fois raison et tort.

Il avait vu juste dans le sens où l'on ne recense plus aujourd'hui les coups tentés par des inconnus pour lancer leur carrière ou par des "people" pour relancer cette dernière (et Internet ne fut créé que deux ans après sa mort, YouTube 18 ans après, quel visionnaire...).

Combien de jeunes filles poseront nues pour se hisser jusqu'aux plateaux de télévision (Karine Ferri et Louise Bourgoin, si vous nous lisez...) ? Combien de jeunes nobodes se ridiculiseront afin de dépasser le million de vues sur YouTube ? Et surtout (c'est là que je voulais en venir), combien de tubes du grenier auront fait la gloire éphémère de chanteurs péroxydés ?

La réponse est : beaucoup ! Et c'est ce que nous apporte sur un plateau d'argent le site (pas récent, j'en conviens, mais tellement extraordinaire) Bide & Musique, où l'on retrouve des tubes aussi improbables que "J'aime la moto", "Dupon, ta femme est du tonnerre", "Notre amour sent l'ail" ou encore "Un sexe grand comme le ciel"...



Autant dire que c'est une mine fantastique de pépites qu'on aurait largement préféré entendre en lieu et place de René la Taupe (profitez, aujourd'hui on fait un prix de gros sur la catharsis), qui donne tout son sens aux mots de ce cher Andy, puisque personne n'a jamais entendu parler de Maude, Dupon ou Zahia (enfin si, mais on ne parle alors pas du même type de tubes...).
Sauf que parfois il y a une (sur)vie après le bide, ce qui donne un peu tort à Mr. Andrew Warhola. Il suffit de parcourir ce sympathique site pendant quelques minutes pour tomber sur des tubes d'un autre temps chantés par des personnalités qui ont toujours une actualité (ou un semblant d'actualité) aujourd'hui : Thierry Roland (avec le groupe "Carton Rouge") pour "La Troisième Mi-Temps", Patrick Timsit avec "Manie ma Nana" ou bien Daniel Auteuil sur "Tu m'as largué Florence"... (sic).
Mais la palme, et quelle palme, reviens à....... William Leymergie ! (tadaaa)
Il avait voulu nous la jouer discret en prenant un nom de scène un peu améwicain ("Willy"), mais impossible de le manquer, entre des paroles impertinentes dignes d'un Gainsbourg et une présence scénique qui ferait passer Chantal Goya pour Barbara, avec ce complet rouge sang du plus bel effet.
Oh, et j'allais oublier : c'est une chanson sur Pacman ! Mais what the fuck, man? Pourquoi Hein ? Pourquoi ?!? Never forget qu'à l'époque, ce sacré Willy présentait les dessins animés sur Antenne 2...
Bref, savourez, c'est là que ça se passe. Et n'oubliez pas de remercier Andy. C'est un peu grâce ou à cause de lui aussi que nous en sommes arrivés là.