jeudi 29 avril 2010

Le Rital

A tous les Claude Barzotti en herbes, une magnifique vidéo qui sent le formol, mais qui (et c'est vraiment que pour la rime) me donne envie de dire lol (poesie 2.0 ???).
Vous trouverez ici un produit qui devrait faire partie de toutes les bonnes vidéothèques, car il contient vraiment, oui vraiment, tout le nécessaire à loler, rofler ou être mdr (à croire que ce soir j'ai mangé un sms écris par un jeune) :
- une fausse projectionniste qui ne sert à rien
- des coupes de cheveux improbables
- la voix Off très très 70's
- et surtout le premier grand rôle d'un futur monument du cinéma bodybul-téstostéronné :
SYLVESTER 'SLY' STALLONE as Stud the Italian Stallion
.... de quoi déjà faire un bien bel exercice de prononciation et rappeller qu'il y a une vie après le porno, ou pas.

mercredi 28 avril 2010

chARTroulette

Tiens ? Ça, ça me rappelle Seedbed de Vito Acconci...
A moins d'avoir passé ces derniers mois sur un lit d'hôpital (clin d'oeil à un ami qui se reconnaîtra), vous connaissez forcément Chatroulette. C'est l'un des gros "ramdams" de ces derniers mois. Pour l'ami en question, petit résumé : il s'agit d'un site qui permet de se connecter à une personne choisie au hasard et de communiquer avec elle par webcam interposée, avec la possibilité de "nexter" pour changer d'interlocuteur à n'importe quel moment. La roulette russe du chat. Oui, le nom a été très bien trouvé.
Lancé en novembre 2009 par un jeune lycéen moscovite de 17 ans, Andrey Ternovskiy, le site a rapidement connu une vraie popularité hors du pays, réalisant 23% de son trafic aux Etats-Unis, 10% en France, 8% en Allemagne, 5% au Royaume-Uni, mais seulement 3% en Russie.
Pour résumer (les statistiques complètes peuvent être trouvées ), l'utilisateur moyen de Chatroulette est de sexe masculin et a entre 18 et 24 ans. Disons qu'il y'a néanmoins de nombreuses exceptions à cette règle, puisqu'il y'a également des filles, ainsi qu'un sacré lot de surprises (bonnes ou mauvaises) mais soyons honnêtes, la majeure partie du public du site vient dans un but très précis, parfaitement résumé par ce court extrait de South Park.
Seulement, au milieu de cet hymne à l'onanisme, qui ferait parfois passer Chatroulette pour un site de rencontres gay, l'art a trouvé une place. Extrêêêêêêmement marginale, certes, mais elle a le mérite d'exister.
Ainsi, il arrive de tomber sur des pépites d'art, dont l'un des exemples précurseurs fut celui de Monsieur Dream, qui eut la bonne idée d'utiliser un Moleskine pour réaliser une video-performance live, reposant sur l'interaction avec ses interlocuteurs. C'est du happening, du vrai. Je vous laisse apprécier la vidéo en cliquant sur ce lien.
Ce bonhomme est l'un des pères des performances Chatroulettiennes. Il a inspiré de nombreux utilisateurs à faire partager leurs passions sur le site, et fleurirent alors les guitaristes, les percussionnistes et autres joueurs de cornemuse roumaine (si, ça existe), prêts à dégainer une énième reprise de Smells Like Teen Spirit. Mais nous étions loin d'imaginer trouver sur Chatroulette, c'est à dire au milieu de cette tempête de chibres, un mec habillé (!), jouant du piano (!!) et improvisant des paroles en fonction de l'allure de son interlocuteur (!!!). Les chatrouletteurs ont trouvé ça tellement bon qu'ils ont cru que Merton (c'est le nom de ce gars) était en réalité Ben Folds, qui lui a finalement rendu hommage lors de l'un de ses concerts ! Voyez par vous-même.
Soulignons également que le premier groupe à avoir réalisé un clip sur Chatroulette est un groupe français, mesdames et messieurs ! I AM UN CHIEN (Je suis trop refait, c'est mon ancien coiffeur qui a été leur premier producteur vidéo... Qui s'en fout ?) avec le clip de Hologram sont à regarder sur ce lien !
Et pour finir, comment parler d'art sans parler peinture ? Enfin, plutôt dessin (ce qui n'a en fait rien à voir). Un certain pazmania87 (il paraît que son nom de famille est "kikoolol"), aussi doué pour manier le pinceau sur ce site que d'autres le sont avec leur... bref... son truc c'est de dessiner en direct ses interlocuteurs. Et il faut avouer qu'il se débrouille plutôt extrêmement bien. Regardez par-là !
Voilà, c'est tout ce que j'ai. Il ne faut pas rêver, Chatroulette reste un site de branleurs (ha ha ha) et si vous voulez de l'art, éteignez votre ordinateur et allez plutôt voir une expo dans un musée. Vous verrez, c'est pas mal non plus. A moins que vous ne préfériez la seule véritable alternative à Chatroulette, j'ai nommé Chienroulette.
PS : Si vous ne connaissez pas Vito Acconci, figure majeure du Body Art, vous pouvez en lire plus à son sujet ici. Vous comprendrez alors rapidement pourquoi j'ai choisi ce titre.

De rien !

Quand Régis dirige une chaîne de télévision...



... y'a pas à dire, ça fait chaud au coeur !

To link or not to link?


Liens Obsessionnels Compulsifs

Aujourd'hui, nous partirons donc à la découverte des LOCs (Liens Obsessionnels Compulsifs). Cette dérive du TOC (précisons-le, complètement inventée) implique chaque jour une course au lien ! Certains se lavent les mains 20 fois par jour en les pensant toujours sales, d'autres rangent systématiquement tout par catégorie dès qu'ils le peuvent. 
Nous, c'est le lien. I need a link.You need a link and we need a link. 

Nous définirons 2 types de LOCs : 

1°/ Le LOC qui nous anime, nous les EPICiers. Celui qui nous conduit à chasser le lien soir et matin. Celui propre à notre statut de "Trouveurs", 3ème échelon sur la chaîne du lien

2°/ Le LOC qui fait qu'on s'est tous, au moins une fois, interrogés sur les éventuelles relations simples ou complexes entre les divers éléments de notre monde. Certains sont comme obsédés et ont besoin d'établir des relations entre tout et n'importe quoi. Pour ce faire, ils utilisent des outils mathématiques qu'ils adaptent aux solutions voulues ou espérées.

Connaissez-vous les diagrammes de Venn ? Si non, voici une explication simple de la chose par la chose expliquée :
La bonne lecture de ce diagramme est essentielle pour la suite, si vous n'avez toujours pas compris cliquez ici.

Un diagramme et le monde devient plus simple d'un coup : tout s'explique et se comprend avec des ronds !

Pour votre bonheur et le mien, voici une peinture de notre monde en quelques cercles et dans la langue Shakespeare : de la politique des gouvernements à la définition du geek (la vraie !!) ou encore des serials killers aux morts vivants.

Un éclairage sur les réseaux sociaux :
Et un dernier un gros brin misogyne :

Un petit bonus pour la sortie d'Iron Man 2 !! 

Enjoy

mardi 27 avril 2010

Régis, t'es bourré !

Aujourd'hui, Régis organise un open-bar.

Il est des événements tragiques que l'histoire n'a pas retenu, et on ne comprend pas vraiment pourquoi...

- Pourtant, celui-ci s'est passé dans la sublime ville de Londres, en 1814, sur le site de l'actuel et fameux Dominion Theater.
- Pourtant, il est directement lié à l'industrie locale, ainsi qu'à la structure sociale de la ville.
- Pourtant, il soulève des questions de sécurité liées à l'urbanisme.
- Pourtant, les coupables ne furent jamais désignés, la responsabilité jamais assumée. Ce fut un "acte de Dieu", terme parfaitement légal et usité en ces temps.
- Pourtant, il y'eut 9 victimes.

Comment se fait-il qu'un tel événement, qui implique autant d'aspects importants de la vie londonienne de l'époque soit méconnu du grand public ?

C'est là où vous êtes censés dire : "MAIS DE QUOI ON PARLE LA, BORDEL ?"

"The London Beer Flood"

Oui, une inondation de bière. Un matin d'octobre, un fût d'une brasserie du centre de Londres, d'une contenance de 610.000 litres se rompit. Par un effet de dominos, les autres fûts cédèrent à leur tour, libérant un tsunami de bière d'un volume supérieur à un million de litres dans les rues de la capitale anglaise, qui détruisit deux maisons et inonda les appartements situés en souterrains. 8 noyés et un décès par coma éthylique. C'est moche, hein ? Et étonnamment, personne ne l'a jamais vu dans ses livres d'histoire, allez comprendre... Heureusement que Wikipedia est là !
Nous tenons aussi à signaler que depuis lors, Régis a changé de métier.

Make some noise for CNN!

Donne-moi un la ! Nan, fuck it, donne-moi plutôt une bière...

Vous aimez la musique.

Non, ce n'est pas une question. Je le sais car si vous n'aimiez pas la musique, cela voudrait dire que vous n'êtes pas humain, mais plutôt un petit animal comme celui-là, et donc incapable de lire un blog. Ou alors vous êtes un humain très aigri, ce qui revient au même. CQFD.

Vous aimez la musique, oui, et pourtant, vous passez votre journée à vous faire rebattre les oreilles à coup de mauvais lyrics, de mauvaises mélodies, de boîtes à rythmes toutes moisies, de "Eh Eh Oooh Oooh" ou de "J'aimerais tellement te dire ce que veut mon coeur mais je n'ai pas les mots" (un comble : écrire une chanson pour dire qu'on a pas les mots pour la chanter...).
Entre les stations de radios et les chaînes de télé (M6, NRJ12, W9, MTV73 et j'en passe), vous n'êtes pas prêts de vous en sortir, surtout lorsqu'une fois arrivé au bureau, vous vous retrouvez confronté à votre collègue de travail qui se délecte (sûrement à cause de son cancer des oreilles) du dernier David Guetta. Pour la troisième fois de la journée. Autant dire que vous vous faites bien entuber. Mais bon, ce n'est que mon avis personnel. Toutefois, quand bien même seriez-vous fan de la playlist de Fun Radio, sachez que vous vous faites entuber quand même.

Oui, auditeurs. On vous ment, on vous spolie ! Vous qui adulez Britney Spears ou Maroon 5, en vous disant que vous seriez "teeeeellement in-ca-pable de faire touuuut ce qu'ils font (non mais c'est trop ouf quoi lol !)", vous qui avez leurs posters, leurs t-shirts, leurs bracelets... je vous promets que devant un micro en studio, vous ferriez sûrement aussi bien qu'eux.

- "Je te vois interloquée par mes propos, toi, jeune adolescente en perdition, ressemblant vaguement à une candidate de Popstar. Que se passe-t-il ?"
- "Mais quel est leur secreeeet ?"
- "Déjà pour commencer, tu oublies cette voix d'ado trépanée."
- "Euh, ok, ptdr !"
- "Les abréviations aussi, il va falloir que ça cesse."
- "D'accord."
- "Mets l'Hallelujah du Messiah de Händel dans le lecteur CD."
- "D'accord...".
- "Elles utilisent..."
- "Du blush ? Du khôl ?"
- "De trois choses l'une : tu es débile, tu ne m'interromps pas, et je suis passablement surpris par le fait que tu saches correctement orthographier le mot khôl. Ainsi je vais te dire quel est leur secret. Leur secret, c'est l'AUTO-TUNE !"
- "Oh énorme ! On va parler tuning ? Je connais trop bien, y'a mon frère qui..."
- "Ouais, non, allez, là y'en a marre, tu sors. TU SORS, J'AI DIT !"
Voilà, l'autre tarte est partie. Nous allons pouvoir parler sérieusement. Oui, derrière les falsetti - inutiles, mais impeccables - de Britney se cachent un logiciel, nommé Auto-Tune. C'est une sorte de "phase vocoder", en gros, un logiciel qui détecte les fréquences de la voix lors de son enregistrement, repère automatiquement chaque instant où elle est fausse (quand sa fréquence n'est plus égale à celles des notes de la gamme) et ajuste instantanément sa hauteur pour qu'elle sonne juste, et ce pour n'importe qui, même le plus mauvais des chanteurs. Fantastique, non ?

Pas tant que ça en réalité, et pour plusieurs raisons.

La première, c'est que bien qu'il soit considéré par certains artistes comme un filet de sauvetage (surtout par les chanteurs de country, étonnement...), c'est avant tout un procédé malhonnête, puisqu'il vient cacher les faiblesses des techniques vocales des plus mauvais d'entre-eux, permettant quand même de faire sonner juste des casseroles comme Avril Lavigne... Anyone can play guitar but NOT anyone can sing, enough said, c'est comme ça.

Secondo : L'auto-tune détruit le timbre de la voix pour fonctionner, ce qui crée un son presque robotique aux endroits où la voix est corrigée, et uniformise les timbres de voix de tous ceux qui l'utilisent. Imaginez un instant un Tom Waits, ou ne serait-ce qu'un Kelly Jones ou une Beth Ditto, après passage à l'auto-tune... Et puis quel intérêt de n'avoir plus que des chanteurs sans âme et qui chantent tous exactement avec le même type de voix sans fioritures, lorsque ces dernières font l'essence même du charme de leur organe ?

L'auto-tune est néanmoins appréciable en tant qu'effet vocal, quand il est utilisé à haute dose. La première à utiliser l'auto-tune pour donner un effet à sa voix fut Cher, avec "Believe". On tenait là un vrai gimmick, réutilisé depuis par de nombreux artistes, dans l'électro et le hip-hop plus particulièrement. On se souviendra du "One More Time" de Daft Punk ou du "Heartless" de Kayne West. T-Pain en a même fait sa marque de fabrique.

Tout ça pour juste vous balancer quelques liens vers des chansons que vous connaissiez déjà ? Certainement pas ! Si je me suis emmerdé à vous retracer l'histoire de l'auto-tune, c'est dans le but de vous présenter The Gregory Brothers.

C'est un groupe composé de trois frères, Michael, Andrew et Evan, qui ont été rejoints par Sarah, la femme d'Evan. Et tout comme nous, ils sont passionnes d'info, surtout quand elle est débile (tout comme nous aussi !). La protection des tortues et les législations sur la salade et les jacuzzis, eux ça les passionne. CNN, Fox News, C-SPAN, eux ils kiffent.

Et là où la boucle se boucle, c'est qu'ils sont des fans absolus de l'auto-tune, et qu'ils le maîtrisent à la perfection, comme vous le verrez dans les vidéos ci-dessous. Autant dire que vous ne verrez plus l'info comme avant. Non, ne me remerciez pas.







lundi 26 avril 2010

Dites "Cheeeeese" !

Dans la série "Les gens sont des êtres merveilleux"...

L'Internet est un bel endroit. Un endroit où les gens se retrouvent. Un endroit où l'expression "qui se ressemble s'assemble" prend tout son sens. Ou plutôt "qui se ressemble se fait rassembler par un petit con de blogueur".

Vous le savez, nous sommes tous des clichés. Nous nous mettons de nous-mêmes dans des petites cases, que nous nous prenions pour des rockers, pour des cool kids, des beauty girls, ou même en essayant de rester le plus banal possible, ce qui nous fait quand même tomber dans la case "gens tristement banals".

Mais trêve de pseudo-anthropologie de comptoir, nous sommes ici pour LOLer un peu. Et je vais donc vous servir quelques liens vers des blogs collectionnant les photos de personnes appartenant à une catégorie (parfois extrêmement) précise de population. C'est aussi con et passionnant que de collectionner les couvercles de gobelets jetables, les pièces de monnaie oxydées, les étiquettes de fruits ou de vieux sachets de thé, mais ça existe, et tant mieux pour nous. Et comme il y a autant de collectionneurs que de types de gens à collectionner, impossible d'être exhaustif ! Merci Internet !

Pour ce matin, vous aurez ainsi droit aux meilleures photos de famille "awkward", aux meilleurs douchebags (vous comprendrez vite quel type de personnes ce mot désigne), aux pires hipsters (vous comprendrez rapidement aussi, de toute façon, on en connaît tous un), aux pires hipsters une seconde fois (mais si, vous en connaissez des gens qui en 2010 continuent à vouloir ressembler à Morrissey période The Smiths), des gens qui font leurs courses chez Walmart (ça pique les yeux, vous êtes prévenus...), des nanas qui ramassent les merdes de leurs chiens ou qui mettent leur poing dans leur bouche (si, si...), des connasses qui posent en "mode canard", des Pères Noël sous crack, etc.


Il y a de tout, pour tous les (mauvais) goûts. Et si ça ne vous suffit pas, et comme c'est l'heure du déjeuner, il existe la même chose pour les sandwhichs et la junk-food. Perso, je pars à la recherche d'une collection de photos des meilleurs militants des jeunesses UMP. Si quelqu'un sait où trouver ça...

La Grande Kermesse du Lundi

On inaugure aujourd'hui une nouvelle rubrique : La Grande Kermesse du Lundi!

Et on commence par un magnifique jeu chronophage et frustrant à souhait, j'ai nommé Falafel King!



Comme vous l'avez compris il s'agit ici de tenir un stand de Falafel, et de servir les clients en remplissant les Pitas de légumes, frites, boulettes, et de houmous. Le tout en évitant les mouches grace qu spray, et avec l'appui de notre fidèle acolyte qui nous aidera à réapprovisionner.
Conseil : à 100 points, vous gagnez la K7 qui fera patienter vos clients plus longtemps! Pensez y !

En parlant de musique voici quelques chef d'oeuvres sur le sujet:




Et pour digérer un petit thé à la menthe ?

dimanche 25 avril 2010

Le choix dans la date


Qui ne s'est jamais retrouvé en face d'un dilemme cornélien du type "est ce que tu préfères avoir des jambes en mousse ou être poursuivi toute ta vie par une douzaine de canard" et franchement vu le nombre d'anatidaephobe on imagine que les gens vont opter pour la mousse.
Oui, mais comment en être sur? Grâce au site choix mortel, on peut enfin effectuer des sondages sur ces questionnements qui font se retourner dans leurs tombes les plus grands penseurs.

Au menu donc des interrogations philosophiques, sportives, gastronomiques, bref de tout et surtout, du grand n'importe quoi, comme ici, ici, et .

Alors allez y, cliquez et découvrez si vous aussi vous faites partie des 23% des votants qui préfèrent perdre une jambe, tandis que 77% préfèrent tuer un inconnu. Enfin bon... je vous laisse le choix.

vendredi 23 avril 2010

Warning: Contains Art

(Insérez ici une citation culturelle snob pour faire un titre)
Afin de me faire pardonner les digressions scatos de mon dernier billet, je vais ici vous parler d'art. Art 2.0 plus précisément. Quand la beauté générée par la créativité des uns rencontre un format fruit de la créativité des autres, vous obtenez la vidéo artistique online.
Pour ceux qui ne connaissent pas encore ce site, je vous présente Vimeo. Enfin bon, ce n'est pas un billet sur Vimeo, que l'on pourrait décrire comme le pendant un peu hype/arty/underground de YouTube. Si c'était un quartier, ce serait un mash-up entre le trash de Camden Town, le côté "à l'arrache" de la Zone 798 de Dashanzi, l'élégance du Marais et le j'menfoutisme de TriBeCa. En gros, les meilleures vidéos de ce site, c'est du fait-maison. C'est pas le MOMA, c'est pas Beaubourg. Ça sent les heures passées à tripatouiller des montages vidéos sur son MacBook, les jams à coup de vieux claviers Casio dans des caves, les barbecues entre amis dans un champ. La liberté, quoi ! Tu as une idée, tu la réalises, tu la partages, et tu fais kiffer le monde entier. That's it.
J'ai donc aujourd'hui décidé de vous proposer une petite sélection de ce que l'on peut trouver de mieux sur Vimeo, avec du fait-maison, mais aussi quelques surprises beaucoup moins fait-maison. Parce que ce serait dommage de passer à côté.
Pour commencer, deux vidéos en time-lapse et en HD. C'est un procédé simple mais efficace, qui consiste à poser sa caméra quelque part, et enregistrer un plan fixe pendant des heures puis de le passer en accéléré. Ou bien de faire pareil avec des photos prises à des intervalles réguliers et d'en faire un montage, ce qui donne un film. Voilà Hong Kong Time Lords (qui contient aussi du slow-motion) et The Sandpit (qui utilise également le tilt-shift, un procédé de floutage qui donne l'impression que l'on regarde des paysages en maquettes). A regarder en plein écran.
Puis, il y'a Logorama. Oscar 2010 du meilleur court-métrage animé. Une merveille d'animation réalisée intégralement à partir de logos. Un must-see. Pour l'anecdote, la version française a été doublée par Omar & Fred. Pour la version en VO (et dans une qualité supérieure), c'est ici.
Petite surprise : un peu de surréalisme avec un projet fou dont personne n'a entendu parler jusqu'à récemment. Destino. Auriez-vous un jour imaginé que Walt Disney accepte de réaliser un dessin animé en collaboration avec le peintre aux montres molles et à la frétillante moustache, Salvador Dali ? Hé bien si, ils ont osé. Le projet a été annulé au bout de quelques mois de travail, mais il en subsiste un montage, un instant de rêve parfaitement représentatif à la fois des hallucinations du maître espagnol et du style classique du producteur américain.
On continue dans le monde des contes avec le Petit Chaperon Rouge. Slagsmalsklubben (Fight Club, en suédois) revisite ce conte traditionnel, retranscrit notamment par Charles Perrault et les frères Grimm, dans un style infographique. Cynique vis-à-vis de notre temps, où l'on veut tout expliquer dans le moindre détail, quitte à passer à côté de la beauté de l'histoire.
Et pour finir, un clip, Luv Deluxe de Cinnamon Chasers, ainsi qu'un vrai petit film un poil métaphysique : Forever's Not So Long, preuve que l'on peut se poser des questions plutôt profondes et le faire de manière absolument EPIC.
Voilà, vous pouvez maintenant reprendre une activité normale, ou bien continuer à perdre votre temps à regarder d'autres de ces petits morceaux de rêve laissés là par certains des artistes les plus méconnus, mais peut-être aussi les plus créatifs de ce début de XXIème siècle. Mais n'oubliez pas : "Time you enjoy wasting, was not wasted." (John Lennon) (C'est peut-être ça que j'aurais du mettre au début finalement...)

Blog à chier...

Allez c'est parti : humour pipi-caca !
Ah, le printemps... La période des mémoires, des examens, de la fin de la trêve hivernale pour les stagiaires qui doivent retourner vivre sous les ponts... La belle vie, en somme. Néanmoins, si vous êtes dans l'une desdites situations, vous vous faites sûrement chier. Et c'est là que je vole à votre secours, alors que vous sirotez tranquillement votre septième café de la journée.
Voilà un petit site qui réalise une très belle mise en abîme, puisqu'il vous empêchera de vous faire chier (au sens figuré) grâce à un objet courant que vous utilisez quand vous vous faites chier (au sens propre).
Un peu comme dans le lien précédemment posté par Djeez, impossible ici de revenir en arrière. Cela vous rappellera alors de joyeux moments passés à hurler à travers la porte des restrooms, à espérer que quelqu'un aie la bienveillance de venir vous sauver du pétrin dans lequel vous vous êtes retrouvé. Ou à réfléchir à la solution la plus propre/efficace/digne si vous vivez seul.
Allez, amusez-vous bien, et ne venez pas pleurer quand ce sera fini. C'est là que ça se passe !

Oubs, je l'ai encore fait...

Ah l'anglais !! Quelle belle langue que la langue de Shakespeare !

L'anglais, langue internationale, l'anglais par ci, l'anglais par là. L'anglais qui grignote le français et le fait se consumer peu à peu. L'anglais agit comme le virus "Trojan", s'infiltre dans le français, se répend et fait tout exploser. Toute la planète est occupée.
TOUTE ? Noooooon,...(vous savez ce que je vais dire)....un groupuscule d'irréductibles Gaulois résiste encore et toujours à l'Envahisseur.

Certaines personnes cherchent à chasser les anglicismes de notre langage quotidien. Mais pourquoi donc ? Et c'est là qu'on se rappelle notre traumatisme. On a tous, étant petits, aimé certaines chansons en anglais. Mais quelle frustration de ne rien comprendre aux paroles, on s'en sortait en parlant "l'anglais yaourt" et ainsi un "Free from desire" (Gala) devenait "Fipa pizzaia", un "There are times when I look above" (Together Again - Janet Jackson) devenait "veritaïme veriloukaraounde". Ah lala, que de souvenirs émouvants ! Mais pour en revenir à notre sujet, j'ai trouvé LE remède à cette nostalgie/frustration et vous propose un site qui gagne à être connu : Pardon my French.

Mesdames et messieurs, j'ai l'honneur de vous faire découvrir un nouveau concept : LA CHANSON DOUBLÉE. Le site propose aujourd'hui 320 chansons, plus drôles les unes que les autres.

Les règles sont simples :
« 1. Tu prends la version instrumentale d’un tube de variété internationale relativement connu.
2. Tu trouves les paroles dans le néant de l’Internet.
3. Tu les traduis le plus littéralement possible.
4. Tu chantes et tu enregistres ton chef-d’œuvre.
5. Tu es content de ta bêtise et tu la postes. »
Alors si vous aussi vous voulez enfin comprendre (ou pas) les paroles des plus grands hits musicaux de ces dernières années, dépêchez-vous d'y faire une petite visite. 
Quel bonheur que d'entendre, pour la première fois, ces tubes dans la langue de Molière !

Enjoy !

La playlist des EPICiers : 
Pouply - Visage de Poker (Femme Cinglée)
Charles Dubois - Oubs, je l'ai encore fait (Britney Flèches)
Ovalaire - Tik tok (Ke€ha)
Puyo Puyo - Bleu (Eiffel Soixante Cinq)

jeudi 22 avril 2010

Slip Wars

Aujourd'hui nous passons au rayon maroquinnerie, avec une belle Promo sur les ceintures.
Si je vous demande quel est le point commun entre Superman et Britney Spears? Vous donnez votre langue au chat ? (c'est sale) Non, cela n'a aucun rapport avec une cure de désintox, non superman n'a pas decidé de se raser la tête pour fuir les journalistes.

Leur vrai point commun est de porter leurs culottes par dessus leur pantalons... démonstration ici et ici. Le débat sur le pourquoi fait rage, mais nous avons peut être enfin une réponse valable! Et bien sachez que ces icônes de la pop culture pourraient bientôt être considérés comme des dangereux criminels outre Atlantique à cause des campagnes anti baggy.

Et des fois on ne peut pas leur donner tort! (a noter la thématique filée qui, si nous avions le jeu de mot facile, nous pousserait à dire que twilight c'est de la m**de)


En tout cas prenez garde, oui, de tels individus se promènent par chez nous également (vidéo dans le permalien). A noter qu'il n'y a aucune relation entre les 2 parties de la vidéo... quoique...

"Je veux des mots qui sonnent, yeah, yeah, yeah"

Je sais, ne jamais citer Jenifer pendant la digestion.

Revenons ensemble sur la genèse de ce blog. Le nom est toujours difficile à choisir, il faut quelque chose qui marque, qui attire l'attention et qui "sonne" bien. C'est loin d'être chose facile.

Cette petite digression me permet de vous présenter le site suivant. Codeorgan est un site curieux qui transforme votre site en une mélodie, malheureusement rarement mélodieuse. Une beat box, un synthé vintage et de petites clochettes, ce n'est certes pas riche mais qui sait, si la chance vous sourit, vous tomberez sur le prochain succès international ?
J'y vais, je me lance et tape l'adresse du blog dans le champ adéquat et j'appuie sur le bouton "Play" (oui je sais encore un bouton). Et, grand soulagement, j'écoute une mélodie smooth, un peu fouilli mais pas trop trash qui a un côté très kitsch; je pense que nous tenons là une séquence aux valeurs musicales limitées mais ma foi tout à fait audible.

Bref, nous pouvons dormir tranquilles car :

MISSION ACCOMPLIE - Notre nom de blog sonne et nous en sommes très fiers.

Le double-effet nippon

Tiens, Mia Frye vend des chips au Japon maintenant ?

- Chers lecteurs, connaissez-vous le Japon ?
- Ouuuuuuiiiii ! (dit l'assistance, unanime)
- Vraiment ?
- Ouuuuuuuuuiiiiiii ! (dit l'assistance qui se dit qu'on la prend pour une conne)
- Et qu'en connaissez-vous ?
- Euuuuh, les sushis ? Les bonsaïs peut-être ? Les sumos et les mangas, non ? Les synagogues ? Le flan aux olives ?

Et voilà, constat affligeant, vous faites partie de ces gens qui ne connaissent que la face rigide et froide du Japon. L'employé modèle en chemisette blanche, avec ses petites lunettes, et une espérance de vie de 125 ans (sauf si une vie entière passée derrière le même bureau ne l'a pas mené directement à la case karoshi...). Toutefois, si vous connaissez ça, alors vous avez déjà un panorama pas trop embrumé de ce qu'est la vitrine du pays.

Et pourtant, l'arbre du businessman cache la forêt du WTF (what the fuck?). Car derrière cette rigueur, le japonais est un sacré déconneur. L'inventeur du karaoké, c'est lui. L'inventeur du karaoké bourré, c'est lui aussi. Et ce goût prononcé pour la franche rigolade, on le retrouve dès que l'on allume la télé nipponne, avec un feu d'artifice de galéjades de mauvais goût, voire de dégoût. Mais ici, on aime bien. On en arriverait même à dire que le Japon, c'est de la bombe bébé (et plutôt deux fois qu'une) (aie-je vraiment osé écrire cette vanne gratuite et de mauvais goût...?).

Pas étonnant alors, au vu du contenu des émissions, que celui des publicités soit tout aussi WTF. Vous pensiez peut-être avoir tout vu en matière de mauvaise pub (il faut dire que la France est loin d'être une spécialiste de la pub de qualité), mais il ne s'agit même pas de mauvaise pub ici. La pub japonaise, c'est un court moment d'absurdité tellement intense qu'il devient poésie. Un haïku à la gloire des chips, du gel pour les cheveux et autres nouilles lyophilisées, comme vous le verrez dans les lecteurs ci-dessous. Une fois ces vidéos savourées et votre bouche bée refermée, vous devriez alors comprendre pourquoi cette facette du Japon n'est pas vraiment arrivée jusqu'à chez nous et pourquoi nous devrions nous contenter du nô et des sushis.






mercredi 21 avril 2010

Sovietic Idol

Aujourd'hui, Régis est chanteur.

Je vous vois venir, vous, avec votre petit air goguenard et votre t-shirt du Che... Vous, vous êtes amateur de chanson à texte à tendance gauchiste, non ? Vous faites partie de ceux qui sont allés fleurir la tombe de Jean Ferrat, c'est ça ? Vous avez chanté et rechanté
les Anarchistes de Ferré ? Vous avez collectionné les opus ultra-engagés de Félicien ? (si, si, souvenez-vous...)

Alors vous adorerez Эдуард Анатольевич Хиль.

Qui a dit "qui ça ?" ??? Hé, vous êtes vraiment des moules à gaufres, vous... Eduard Anatolyevich Khil, c'est le top du top de la chanson soviétique. Il a remporté tous les plus grands prix. Le prix Sopot et le prix Utyosov. Il a été nommé Artiste du peuple et Artiste Méritoire de l'URSS. Il est membre de l'Ordre du Drapeau rouge du Travail, de l'Ordre de l'Amitié des peuples, de l'Ordre du Mérite de la Mère-Patrie, et de tellement d'ordres improbables, qu'il a bien du aussi recevoir la médaille de l'Ordre du Saucisson à l'Ail. Bref, vous l'aurez compris. C'est la smetana de la
smetana de la chanson soviétique.

Et les soviétiques, ils ne déconnaient pas avec les lyrics. Il fallait évidemment que ça parle au plus grand monde possible, au peuple quoi. Celui qui se fait chier H-24 dans les kolkhozes. Du mainstream avant l'heure. Autant dire qu'en matière de chanson engagée, on n'a pas fait mieux depuis (à part peut-être la
Protest Song de Hugh Laurie...). Je vous laisse en juger par vous-même avec le tube "Je suis heureux de finalement rentrer chez moi" (non, je vous le promet, c'est bien vrai...).


Définition de la frustration

À lire jusqu'au bout



Aujourd'hui un site unique dont l'utilité est clairement discutable, c'est pour cela qu'on adore. Le site est l’un des derniers projets de Rafaël Rozendaal , net-artiste germano-brésilien.
On arrive sur la page et on peut remarquer, intrigué(e), une ellipse noire et une sorte de petits cailloux. Le but ? Me direz-vous. Mettre la pierre dans le trou.
C'est fait ? 

Si non, bravo. Si oui, je vous avais prévenu. "À lire jusqu'au bout", ça ne veut rien dire pour vous ? Vous pouvez maintenant vous mordre les doigts. En effet, ce site est unique dans tous les sens du terme et donc à usage unique. Toutes vos tentatives de clic, Ctrl+R (ou pomme+R) et autres changements de navigateurs seront vaines. Le putain de m*****f****** caillou ne reviendra jamais. Ça fout la mort, hein ?

Ce site est à savourer. "La vie est un passage, le monde est une salle de spectacles. On entre, on regarde, on sort." Démocrite

La leçon du jour : 
La curiosité est un vilain défaut et la prochaine fois respectez la consigne.

Tu le sens le tigre qui sommeille sous ce costume Zara ? Hein, tu le sens ?

Jeunes cadres dynamiques et photogéniques !

Imaginez... Rêvez... Vous êtes manager dans une entreprise qui fabrique des boulons. A Carprentras. Votre quotidien est celui d'un bureau en cloisonné blanc, donnant sur des hectomètres de chaînes de production. Vous avez une petite plante verte, cadeau de votre épouse, un poster "de motivation" du meilleur goût, un fauteuil en cuir "Cuir Center"... Bref, vous êtes un winner. Un vrai. Vous avez réussi, félicitations.


Et là, une idée de génie vous frappe, que dis-je, vous biffle : vous pourriez faire profiter tout le monde de votre glamour, et le faire rejaillir sur l'image de votre entreprise. Alors vous rameutez vos collaborat... oops, vos "team-mates", afin de vous lancer dans la photo d'entreprise. Et quel grand bien vous en a pris ! Vous serez bientôt sur toutes les plaquettes ainsi que sur le site web de Boulonex (Oui, votre entreprise s'appelle Boulonex. Ou Boulonux, vous avez le choix.).

Le problème, c'est que parfois, le photographe a bu avant de venir. Ou bien il croit un peu trop en la photographie conceptuelle. Ou bien vous êtes moche (shit happens). Dans tous les cas, ce qui devait vous élever au rang d'icône des temps modernes aura fait de vous une bête de foire à votre insu.

C'est sur ces bonnes paroles que je vous souhaite la bienvenue sur ce cirque Barnum virtuel qu'est le site Sexy Executives, en espérant que cela vous serve de leçon le jour où vous vous apprêterez à revêtir votre plus belle chemisette jaune afin d'aller poser pour la plaquette de la Caisse d'Epargne de Vitry-le-François.