lundi 31 mai 2010

La Grande Kermesse du Lundi 4

En ce lendemain de fete des mamans la grande kermesse du lundi est de retour avec un arrivage tout frais, dans l'espoir de vous pourir votre ultime periode de révision, ou de vous faire passer directement pour un gros branleur lors de votre premier jour de stage d'été.

Aujourd'hui on va jouer à I Was hungry But There Were Cannons, qu'on va décider d'appeller IWHBTWC, parce qu'on est comme ça, que l'audace ne nous arrête pas!


Le principe de ce jeu, comme d'habitude, est assez simple: vous êtes un bonhomme de glace avec un chapeau claque et vous devez manger assez de hamburgers pour ouvrir une porte pour accéder au niveau suivant!

Oui mais voilà évidemment et comme vous l'aurez compris, il y a des canons dont il faut éviter les tirs. Heureusement d'ailleurs, sinon le jeu s'appellerait I Was Hungry, et ça franchement à part à Castelanaudary, c'est pas vraiment un jeu.

En attendant, amusez vous bien à IWHBTWC, et comme mon score perso est digne de celui que pourrait réaliser ma grand mère si elle savait ce qu'est un ordinateur, je préfère vous laisser à vos High Score.

mardi 25 mai 2010

C'est de la bombe bébé!

Ce lundi il n'y a pas eu de grande kermesse, journée de solidarité oblige. Quel intérêt de vous linker un jeu si vous ne bossez pas ? D'autant que Djeez vous a fourni un magnifique jeu ce dimanche.

On se rattrape dès aujourd'hui avec du lien qui pète, puisqu'ici non seulement on ose les mauvais jeux de mots, mais en plus on les assume.

Un lien qui pourrait faire dire à l'invincible Jack Bauer un nombre incalculable de "dammit!", provoquant des comas éthyliques à travers le monde, pire que l'apéro géant de guingamp. J'ai nommé : Ground Zero.

Ce lien va en effet vous permettre de calculer quels seraient les retombées radioactives d'une explosion nucléaire à un emplacement donné. Choisissez l'adresse, choisissez le type de bombe, et c'est prêt. La classe, non?
Devenez ainsi vous aussi analyste à la Maison Blanche !

Et en cadeau bonus l'extrait du Docteur Folamour, où un cowboy chevauche une tête nucléaire pour aller bombarder des communistes!
Fallait pas les chercher. DON'T MESS WITH TEXAS!

dimanche 23 mai 2010

Let There Be Light

I've God the power

Si je vous dis "Super Nes" ?...??...."Super Nintendo" peut-être ?...Toujours pas ? 

Outre les Donkey Kong CountryMarioMariokart, vous rappelez vous de Street Fighter II ?
Avec l'image ça vous revient non ? Le mec aux bras élastiques, le sumo, Ryu et son "Hadouken", le troll vert aux cheveux oranges, etc... On aime ou on aime pas mais pour beaucoup ça fait remonter de nombreux souvenirs de jeunesse. Ah, Nostalgie, quand tu nous tiens. 

Mais comme le but c'est pas de vous faire bader toute la journée, voilà : Faith Fighter.
Avant d'y jouer, je tiens à préciser que ce jeu à caractère religieux est à prendre à 20° degré. Si vous le sentez pas, rien ne vous empêche de ne pas cliquer sur ce lien. 
Les EPICiers resteront, pour toujours, neutres dans cette histoire : nous ne sommes pas créateurs mais relayeurs/linkers.

Ceci étant dit, amusez-vous bien ! Incarnez les divinités du monde entier et mettez les autres KO pour terminer ce jeu de combat street-fighter like en 2 rounds.

 Ayez foi, et comme le dit mon Dieu à moi : "May the Force be with you!"

vendredi 21 mai 2010

Fatal Fenwick

Qui parmi vous n'a jamais rêvé de devenir un jour conducteur de Chariot élévateur allemand? Personne? Si ? Je vois 2-3 mains qui se lèvent dans le fond!

Et bien pour ceux d'entre vous qui caressent du doigt ce rêve, il ne faut pas oublier que Conducteur de Fenwick allemand est avant tout un métier à risque, comme le sont par ailleurs les métiers de conducteur de tracteur ou de président ukrainien.

La vidéo est un peu longue, mais franchement ça vaut largement le coup d'oeil, et que nos amis allergiques à la langue de DJ Ötzi, histoire de laisser Goethe reposer en paix, ce rassurent, ce chef d'oeuvre de la vidéo pédagogique est sous-titré en anglais!

Voyez plutôt :


et sinon la vidéo c'est par là :

WOOT WOOT !

Now that's what I call some groove.
Après l'article "Sample comme bonjour", impossible de ne pas insuffler quelques good vibrations à notre EPICerie. Vous allez kiffer venir faire vos courses chez nous : nous avons blindé notre petit lecteur Grooveshark avec tous les originaux de l'article de Kon & Amir !
Tels des DJs de premier ordre, les EPICiers ont fouillé pour vous les bacs de Grooveshark pour vous dégoter ces pépites, des classiques (James Brown, Kool & The Gang, David Axelrod, Isaac Hayes...) et de nombreuses perles rares.
A mettre à fond sur le Macbook qui vous sert de ghetto blaster en levant vos mains en l'air comme si vous n'en aviez rien à faire. Aight.

jeudi 20 mai 2010

Merci mon chien.

Aujourd'hui, Régis est dissectologue.

Non, notre Régis du jour n'ouvre pas des petits animaux pour observer leurs entrailles.

En effet, les dissectologues sont des amateurs de puzzles et non pas d'intestins de grenouilles. Ne nous demandez pas pourquoi ils ont choisi ce nom. On ne sait pas non plus. Bref...
Aujourd'hui, notre Régis est anglais, s'appelle Jack Harris, et fait partie de ce club très fermé des gens qui aiment passer des après-midis entiers à reconstituer des images de chatons dans un panier ou de dauphins au clair de lune au lieu d'avoir une vie digne de ce nom.

Pour Jack, tout a commencé quand sa belle-fille, certainement excédée par ses blagues grivoises de beau-papa, eut la bonne idée de lui offrir un puzzle de 5000 pièces pour le calmer. Et Jack a relevé le défi. Bon, alors, entre son Alzeihmer et son Parkinson, ça lui a pris 7 ans pour reconstituer "Le Retour du Fils Prodigue" de James Tissot. Sauf que... au bout de 7 ans d'efforts et 4999 pièces mises à leur place, Jack se rend compte qu'il en manque une.
Oui, c'est sûr, il n'allait pas les compter avant de commencer, mais c'est un peu con de se retrouver (comme je l'imagine si bien) à hurler "holy motherfucking son of a bitch" et frôler l'arrêt cardiaque quand on est un gentleman de 86 ans, le tout pour un petit bout de carton de 10 cm², apparemment avalé par son chien et évidemment en rupture de stock (puisque le fabricant n'allait pas attendre 7 ans pour changer ses modèles). Ça me fait de la peine pour ce sympathique senior, mais en tout cas, c'est assez con pour que le Daily Mail y consacre un article, et ça, c'est la gloire. Good Lord...

He's back.

Daniel Balavoine, si tu nous regardes...
En ce soir du 19 mai 2010, je m'apprêtais à passer une soirée des plus banales. Vous savez, l'une de ces soirées plats préparés + TV qui font partie de ces guilty pleasures de la vie... Je regardais tranquillement le Grand Journal et son formidable Zapping, quand tout à coup, ce fût le choc.
Sur mon écran apparut l'image d'un homme qui ne m'était pas inconnu. Un homme que l'on n'oublie pas. Un homme que l'on ne peut pas oublier. Cet homme est chanteur. Un chanteur oui, mais engagé. Je vous le présente, puis je me fendrai d'un flashback afin de vous expliquer comment ce génie méconnu est entré dans ma vie.
Ainsi, commençons par le présent. Dites-moi, vous avez un poster du Chant des Partisans sur le mur de votre cuisine ? Vous avez fait tatouer les paroles de Bella Ciao sur le flanc gauche de votre teckel ? Alors vous idolâtrerez Cyril Allary et son chef-d'oeuvre : "Rebelle".
Avec ça, même Léo Ferré peut aller se rhabiller. Parce que quand on lance de telles piques, que dis-je, de telles hallebardes à la société société, on se dit que les RG ne vont pas tarder à intervenir pour contenir toute cette verve... Tel un Julien Courbet en blouson noir qui se serait reconverti dans la coiffure à domicile, il épingle tout et tout le monde. Peine de mort, violence policière, guerres, racisme, corrida, Cyril Allary est de toutes les luttes. Enfin, surtout la lutte contre les portes ouvertes...
Mais il a raison au fond, car des gens qui écrivent des vers aussi poignants que "à l'abruti qui crache dessus les étrangers" (sic) et qui ont l'auto-dérision d'enchaîner avec "ou son frère qui rabâche des propos d'illettrés", il n'y en a plus beaucoup en France. Enfin, il reste des exceptions...
Et que dire de cette débauche de moyens, de ces images qu'on croirait toutes droit sorties d'une recherche "T-shirt Johnny Hallyday" sur Google Images (sans déconner en plus), de cette incrustation de notre Cyril national sur des cadavres de baleines et de taureaux, et d'autres clichés dignes d'un journal de TF1 présenté par un Pernault sous Prozac...
C'est magique. Inoubliable. Et quant à ce flashback que je vous ai promis, le voilà : si cet homme ne m'était pas inconnu, c'est qu'il n'en était pas à son premier fait d'armes. Oui, il a déjà commis de nombreux autres titres tout aussi fous. Regardez plutôt la bombe qu'il avait lâché sur les abus liés à Internet à peu près au même moment que "Rebelle", mais qui était passée beaucoup moins inaperçu à l'époque : MDR ! (Avertissement : cette vidéo contient des robots qui font du breakdance)
Mais bon, Cyril a beau avoir sa propre chaîne YouTube, temple du bon goût, y'a pas à dire, ça vaut pas un bon vieux Damien Jean et sa force ancestrale (re-sic), façon JM3 fever.
PS : Si ce que vous avez préféré dans cet article, c'est la photo de ce sublime plat préparé allemand, alors allez assouvir votre passion ici !

mercredi 19 mai 2010

Sample comme bonjour!

Back to the roots!
Wesh les gros, aujourd'hui on parle hip-hop, t'as vu ?
Bon, comme ma crédibilité comme jeune du ghetto frôle les -273,15°C, je vais arrêter ça immédiatement. Et m'excuser aussi pour cette imitation pitoyable. Néanmoins, nous allons quand même parler de hip-hop aujourd'hui, et plus particulièrement de sampling, un procédé indispensable à ce genre musical.
Le sampling, qu'est-ce que c'est ? (Oui, c'est vrai ça ! Qu'est-ce que c'est ?)
Le sampling, c'est l'utilisation d'un fragment de chanson comme instrument dans une autre chanson. Bon, je sais, la définition est réduite au max, alors prenons un exemple : vous aimez bien le riff de guitare d'une chanson A et vous voudriez l'utiliser dans l'une de vos chansons, la chanson B. Hé bien c'est possible ! Il existe en effet un moyen d'isoler la fréquence du riff de guitare du reste de l'instrumentation de la chanson A et de le rajouter à votre propre chanson B ! Merveilleux, non ?
Un exemple de résultat : prenez le mémorable riff de basse du "Under Pressure" de Queen et de David Bowie (oui, celui qui fait "dum dumdumdum dumdumdum dum"). Si vous êtes Vanilla Ice, vous pouvez le sampler et en tirer "Ice Ice Baby". Ah oui, je ne l'ai pas précisé mais naturellement rien ne garantit que grâce à l'utilisation de l'élément le plus génial d'un morceau d'anthologie vous arriverez à faire de votre grosse daube un bon morceau... Libre à vous d'être un musicien digne de ce nom, ou pas (j'aime beaucoup la couleur des cheveux assortie à celle des dents, par ailleurs).
Alors, quel est ce fameux moyen de duplication, me demanderez-vous ? De nos jours, on utilise des samplers (duh...), qui peuvent être des boîtiers ou des logiciels auxquels vous pouvez d'une façon ou d'une autre (je vous épargne les détails techniques) relier le morceau qui vous intéresse, et qui fait plus ou moins le travail pour vous.
Néanmoins, les premières techniques de sampling remontent à l'époque des premiers enregistrements sur bandes magnétiques. Si vous coupez un petit bout d'une bande sur laquelle un morceau a été enregistré, vous détenez un fragment de ce morceau. Vous pouvez alors insérer ce morceau au milieu de l'une de vos propres bandes, ou bien en attacher plusieurs ensemble, etc. Je sais, c'est très abstrait alors pour faire simple, je vais encore prendre deux exemples.
Premier exemple : prenons James Tenney, reconnu comme étant celui qui a créé le premier sample de l'Histoire de la musique, avec son Collage #1 ("Blue Suede"). Il s'agit de petits bouts de la bande magnétique de "Blue Suede Shoes" (version Elvis Presley) recollés dans le désordre, et lus à des vitesses différentes pour créer un nouveau morceau. Très "expérimental", j'en conviens.
Autre exemple, tout aussi expérimental, le "Revolution 9" des Beatles, présent sur leur mythique album blanc. L'une des légendes autour de cette chanson veut que John Lennon ait découpé plusieurs bandes magnétiques et ait mis les fragments dans une boîte à chaussures, l'ait secouée, puis ait recollé au hasard les morceaux pour ne faire qu'une seule et même bande magnétique d'une durée totale de plus de 8 minutes, le tout retrituré dans tous les sens histoire de bien marquer le coup. Le résultat est .
Depuis, le sampling a sacrément évolué, en grande partie grâce aux producteurs de hip-hop. Demander à des musiciens de rejouer le morceau d'un autre artiste afin de ré-enregistrer par dessus était par exemple considéré comme du sampling. De fait, l'un des premiers morceaux de hip-hop avec des samples est le fameux "Rapper's Delight" du Sugarhill Gang, qui consiste en un flow posé sur le "Good Times" de Chic.
Puis, les producteurs ont utilisé le sampling pour justement se passer de musiciens de studio. Grandmaster Flash aura été l'un des premiers à en faire son fonds de commerce. Écoutez plutôt l'énorme "Adventures of Grandmaster Flash on the Wheels of Steel" où vous retrouverez entre autres des fragments de morceaux de Chic, de Blondie ou encore de Queen !
Depuis, pas de bon morceau de hip-hop sans un bon sample. Et c'est là que je vous balance un lien tout frais ! Ça nous arrive de chez Complex, un magazine américain à la GQ, tendance hip-hop, sans grand intérêt, sauf cet article signé Kon + Amir et qui nous présente les 50 meilleurs samples de l'histoire du hip-hop. Et vous verrez que les morceaux dont sont tirés certains des samples de vos titres de hip-hop préférés n'ont rien, mais alors absolument rien à voir avec le produit fini ! Non, ne me remerciez pas, c'est tout naturel.
Booyakasha les amis !

mardi 18 mai 2010

Rider On The Snow


"Pédale, pédaleur, pédaler..."

Dring, dridring, dridriiiiiiiiiiing...faites place ! Voici venir un petit bijou, j'ai nommé iCycle.

Pour planter le décor, c'est facile. Imaginez l'après 2012. L'ère glacière est bel et bien installée sur notre planète. La Terre est recouverte de glace et l'humanité a disparu de la carte...

Enfin, presque ! 

Deux mystérieux sarcophages numérotés ont résisté au cataclysme. Imaginez la surprise du résident du tube n°1014 lorsqu'il découvre qu'il a été cryogénisé à la manière d'un Han Solo et qu'il se retrouve nu et seul dans ce nouveau monde au froid glacial. 
Pourtant il est loin d'imaginer que son acolyte du tube n°1015 n'est autre qu'une bicyclette.

Mais à peine a-t-il retrouvé ses esprits, qu'il entre-aperçoit un troisième survivant qui s'échappe du tube n°1018. Qui est-ce ? Pourquoi s'enfuit-il/elle ? Et que viennent faire les bulles de savon qui semblent indiquer son chemin ? (Sérieux WTF?)

Ni une, ni deux, sans même prendre le temps de se vêtir, notre petit monsieur enfourche la bicyclette et part à sa poursuite dans cet océan de glace (et c'est là qu'en tant que mec, tu peux pas t'empêcher de penser qu'il doit se geler les couilles).

"Cri cri cri criii crii crii", "dridriiiiiiiiing" et autres "hello?" lancés en quête de réponse ponctueront ce voyage.

Rattraperez-vous le/la mystérieux/se inconnu(e) ?

EyjafjallajöCool

A force d'entendre des jeux de mots tous plus minables les uns que les autres sur les perturbations du trafic aérien mondial, l'EPICier vous fait profiter de 2 chouettes vidéos et une pub pour "chut chut pas de marque" dont le sujet n'est autre que l'inévitable EJALLAF... non... ELFYRA...non... HEYLALAFOKLU.... non plus.... bon on va l'appeller Steve pour que ce soit plus simple, conseil que nous donnons aussi à nos amis journalistes.

Steve donc, a foutu le bordel comme on dit chez les jeunes, en crachant un nuage de cendre (ça vous le saviez, à moins que vous ne soyez dans le coma), qu'on peut voir dans cette chouette vidéo en time laps du 1er et 2 mai.

De ce fait notre ami Steve a quelque peu - euphémisme quand tu nous tiens! - bloqué le traffic aérien en Europe, comme on peut le voir sur l'autre vidéo, tout aussi chouette de ci-dessous:


Et nos bons créatifs pas à une pirouette près, de se moquer du nom de Steve pour en faire de la pub... et franchement... voila.

lundi 17 mai 2010

Freddy Mer-Curry

Aujourd'hui c'est la Journée Internationale Contre l'Homophobie. Chez l'EPICier on a décidé de célébrer ça par un hommage (sic) à Queen et à son leader Freddy Mercury.

Et donc pour épicer un peu la chose voici une version "Nouvelle Star" à l'indienne de We Will Rock You.

Show must go on ..........

La Grande Kermesse du Lundi 3

Aujourd'hui dans la Grande Kermesse du Lundi, numéro 3, un grand classique du jeu vidéo, voire même le grand classique du jeu vidéo : PONG

Seulement vous vous doutez bien qu'on ne va pas s'amuser à écrire un article pour parler de PONG (quoique dans le genre...enfin, on verra...).


Il s'agit donc d'un jeu astucieusement appelé Pongnop, oui, astucieusement car à l'instar des Malabars Bigouts et autres Danette Double Saveur, il va vous permettre de jouer 2 parties de PONG sur le même écran et avec un seul euh... raquette ? enfin vous avez compris la difficulté majeure au bout d'un moment est l'impossibilité d'être à 2 endroits à la fois.

Amusez vous donc bien, mon meilleur score est à 1037, je ne vais donc pas me la péter, une fois n'est pas coutume.

jeudi 13 mai 2010

Batman a le noeud qui coule

Il existe des gens extraordinaire. Si, si ! Je suis même sur que vous en connaissez !

Ces gens ont des hobbies formidables, comme - et ceci est une liste non exhaustive - la collection de tous les objets estampillés Iron Man 2, et il y a du boulot; ou de reproduire des monuments avec des allumettes (Jacques Villeret si tu nous regardes..!).

Mais les gens auxquels nous nous intéressons aujourd'hui sont d'un genre un peu particulier, puisque leur hobbie principal consiste à faire des noeuds sur eux mêmes... avec leur corps. Voyez plutot (Site Officiel, Fan Page FB et ci dessous):



Et si vous vous demandez (et cela prouverai simplement que vous êtes un minimum sain d'esprit) "MAIS POURQUOI ???" Il semblerait toutefois y avoir une explication possible : pouvoir ligoter quelqu'un sans corde est à la fois économique et écologique! Preuve en est dans Batman la série originale :


Et si en voyant ça vous pensez au jeu Twister c'est que vous ne partagez pas encore avec nous un esprit suffisement tordu, du genre de celui qui pousse à répondre "That's what she said" quand quelqu'un fait All-in au Poker. Et pour tout ceux qui ont un esprit NSFW, vous avez surement pensé à ceci (rassurez vous cette vidéo est SFW) :

lundi 10 mai 2010

La Grande Kermesse du Lundi 2

Aujourd'hui dans La Grande Kermesse du Lundi on joue à Sling Jumper 2, un jeu au principe enfantin puisqu'il s'agit de faire rebondire une baballe sur des surfaces de type trampolinesques, pour atteindre une sphère verte et passer au niveau suivant.


Oui, dit comme ça parait simple, et pourtant on va vite s'arracher les cheveux, à éviter les murs, récupérer les pièces, et autres facéties (du moins j'imagine je suis bloqué au niveau 9).

Et surtout ne coupez pas le son, se serait dommage que de passer à coté de l'hyper répétitif boing boing, qui contribue si bien à l'état d'énervement dans lequel on est lorsque ayant enfin récupéré la pièce qui nous permet de finir le niveau un faux rebond nous envoie dans le décor!

Bon courage à vous !

vendredi 7 mai 2010

Suck my rooster !

Le Speaker's Corner des losers...
Cela fait 5 ans que YouTube a été créé.
Je ne sais pas où vous étiez en février 2005, mais moi cela ne me semble pas bien loin. Green Day chantait Boulevard of Broken Dreams, 50 Cent allait au Candy Shop et les Killers surfaient toujours sur la vague Mr. Brightside. Bref, on n'a quand même pas l'impression de revenir à Nirvana. Et pourtant, en 5 ans, YouTube s'est imposé comme un élément indispensable de l'horizon Web. Vous-même vous savez.
Les chiffres parlent d'eux-mêmes :
- Plus de six milliards de vidéos visionnées chaque mois.
- Plus de vingt-quatre heures cumulées de nouvelles vidéos mises en ligne chaque minute.
- Le troisième site le plus visité au monde, derrière Google et Facebook.
Tout comme moi, vous savez que YouTube est devenu une sorte de média-couteau-suisse, aux usages plus nombreux que les saveurs des Kit-Kat japonais, allant du simple visionnage de clips, aux how-to's en tous genres, jusqu'aux messages à portée politique (on se souviendra par exemple du rôle incroyable de YouTube lors de la dernière élection présidentielle iranienne).
Donnant à chacun la possibilité de faire entendre sa voix, YouTube reçut en 2008 le George Foster Peabody Award, pour son rôle de porte-voix de ceux qui n'en ont plus. Le Speaker's Corner du pauvre, en somme.
Toutefois, cet élan de liberté d'expression s'est vite retrouvé accablé par certains gouvernements. Conscients de la menace que représente ce site pour leur crédibilité et leur contrôle de l'opinion, ils ont vite bloqué son accès. Nous pourrons entre autres citer la Chine, le Maroc, la Thaïlande, le Pakistan, la Libye, et bien sûr, l'Iran.
Depuis, YouTube a calmé ses ambitions rebelles, pour revenir à un usage moins politisé, plus tourné vers le divertissement. Comme le dit si bien Entertainment Weekly, YouTube est avant tout "un havre de paix pour les chats jouant du piano, les gaffes de célébrités, et les chanteurs en playback les plus zélés". Circulez, y'a rien à voir.
Que reste-t-il alors de toutes ces voix révoltées qui se faisaient écho dans les couloirs sombres de YouTube ? Réponse : les YouTalkers (néologisme signé par votre serviteur). Des gens, à qui Dieu (ou la FNAC) a eu la bienveillance de fournir un ordinateur, une webcam et un accès à Internet.
Et bien qu'engagés, les YouTalkers sont des gens trèèèèès seuls. Car autant celui qui enregistre une vidéo pour dénoncer les exactions d'un despote, c'est quelqu'un qui ne peut parler à personne d'autre car sinon il risque d'y laisser sa peau; autant celui qui enregistre une vidéo pour donner son avis sur les scores du FC Anderlecht, c'est quelqu'un qui ne peut parler à personne car tout le monde l'a déjà fui.
L'équation est simple :
(Besoin de s'exprimer + Engagement) - Liberté d'expression = Whistleblowers.
(Besoin de s'exprimer + Engagement) x (Solitude + Drogues Dures) = YouTalkers.
Il me semble que vous avez besoin d'une illustration :
Le premier à avoir marqué son temps, créé un buzz, c'était Chris Crocker. Vous vous souvenez peut-être de lui, à qui il ne restait que son fanatisme pour Britney Spears, à la fois raison de sa solitude et cause perdue. Voilà l'objet du scandale.
Depuis, les exemples se sont multipliés comme des petits pains. Prenez le solitaire Edarem. Edward Muscare de son vrai nom. Condamné pour crime sexuel en 1987, il vit seul avec trois chiens. Autant dire que c'est le client parfait pour devenir un YouTalker (voire un You Stalker, if you see what I mean...). Edarem chante, donne des conseils, fait du manger, etc. C'est à regarder .
Je vous préviens, il est impossible de faire une liste exhaustive des pauvres gens qui semblent ne plus avoir que leur webcam comme interlocuteur potentiel. Comment expliquer leur solitude ? Leur élocution et leur physique avenants ? Le fait qu'ils se prennent parfaitement au sérieux ? Peut-être... A vous de vous faire votre propre avis. Faites la connaissance de Steve Rooster, de Joharno (qui officie sur le concurrent Dailymotion), de Websurf59, de El Steveo, ou encore de Jean-Pierre.
Ne vous moquez pas. N'oubliez pas que ce sont des êtres humains eux aussi, avec un petit coeur qui bat. Ils ont tous des causes à défendre, vous l'avez vu, et parfois révolutionnaires et hautement controversées ! Meet CopperCab, pour un exemple de radicalisme YouTubien.
Quand on y pense, la première vidéo jamais postée sur YouTube était prémonitoire. Et dire qu'elle vient de l'un des co-fondateurs du site, Jawed Karim, qui pèse aujourd'hui 64 millions de dollars. Prémonitoire oui, car elle résume tout ce que l'on a envie de dire lorsque l'on croise l'un de ces innombrables web-orateurs : "WTF ?", "Pourquoi ?" ou encore "Aïe, mes yeux...".
Vous êtes comme le mec derrière Gordon Brown avec ses lunettes noires et son poing levé. Vous avez votre mot à dire, votre cause (ici les paysans sans terre), alors vous vous exprimez en vous faisant remarquer, tout ça pour voir la foule vous rire au nez, et finir à votre insu héros d'un groupe Facebook. Peut-être deviendrez-vous une icône pop, comme Chris Crocker. Au pire, peut-être que l'on vous reconnaîtra au Leader Price de Roubaix et que l'on rira dans votre dos. Quand on y pense, la pire censure, c'est peut-être celle de notre indifférence.

jeudi 6 mai 2010

Handmade post

Salade de doigts

Daft hands, ça vous dit quelque chose ? Non ? Sûrs ? Pourtant je suis sûr que vous connaissez. Mais si, c'est celui/celle qui fait danser ses mains sur la vibe de Daft Punk.
Harder, Better, Faster, Stronger puis Technologic, le lien n'est pas très frais certes mais c'est toujours un plaisir de se délecter de cet "ainsi font font font les petites marionnettes" version électro.

Pourtant la tendance futuriste n'est pas toujours appréciée et la mode réside dans le vintage, la nostalgie...ce sensation de CTMA (C'éTait Mieux Avant pour les incultes) qui nous consume. Le paradoxe est donc que le lien frais d'aujourd'hui est un lien rétro, il est pourtant plus frais que les précédents.

Appréciez cette reprise inversée, ou comment faire du vieux avec du neuf.


Bien à vous.

mercredi 5 mai 2010

In the Navy!

Cadeau du soir, Bonsoir!

Les
Village People n'ont quà bien se tenir, l'armée américaine en afghanistan leur offre un vibrant hommage avec ce remake de Lady Gaga.

A déguster seul, en famille, ou entre amis, et comme le disait John Rambo (mais si souvenez vous celui qui a tourné dans "
The Italian Stallion") : C'était pas ma guerre!

A méditer!